Frederic de Villamil


, , , , , ,


Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Google Plus Partagez sur Linkedin Plus

Les 20 meilleures applications Mac OS X pour Maverick

L'app store, version 2013

Quelles sont les meilleures applications pour Mac OS X ? Que vous soyez un débutant sous OS X ou un vieux macounet, la récente sortie de Maverick a changé pas mal de choses dans l’univers des applications Mac. Beaucoup d’utilisateurs qui tournaient encore sous des versions anciennes ont profité de sa gratuité pour se mettre à jour, et de nombreuses applications se sont du coup retrouvées sur la touche.

La fin de l’année approchant à grands pas, il est temps pour moi de mettre à jour ma liste annuelle des meilleures applications Mac, leur nombre passant cette fois de 7 à 20, toutes disponibles sur l’App Store. Certains choix pourront sembler partiaux, et c’est souvent le cas, mais quel classement n’en est pas teinté au moins d’un peu ?

Après avoir lu cela, vous serez en tout cas prêts à entrer de plein pied en 2014, et qui sait, trouverez certainement des idées de cadeau de Noël pour vous ou votre entourage.

1. Alfred

Alfred, lanceur d'applications

Alfred est aussi indispensable à la survie du macounet en milieu hostile que l’est le plancton à celle du baleineau rustique à poils durs de Patagonie.

Le petit lanceur d’applications sorti il y a bientôt quatre ans est devenu grand, et sa seconde version majeure l’a vu se doter des indispensables workflow qui permettent d’automatiser la plupart de vos taches récurrentes sous Mac.

Parmi les actions facilement paramétrables, mes favorites restent la recherche directement dans la documentation Ruby ou l’API de Rails, la possibilité de lancer un projet Rails de l’éditeur de textes au serveur d’application en une commande, ou l’envoi de taches et de commandes à mon gestionnaire de taches favori, pour ne citer qu’elles. De nombreux autres workflows sont disponibles sur le forum des utilisateurs d’Alfred.

Alfred est édité par Running With Crayons et coûte 15,00 £

2. Ulysses III

Ulysses, l'éditeur de textes

Ulysses III est à ce jour le meilleur compromis que j’aie trouvé pour écrire, quelque part entre l’éditeur de texte traditionnel à la Textmate 2, le pack Office et les outils spécialisés à la Scrivener, en rassemblant le meilleur et le pire des deux mondes.

Le meilleur, c’est l’interpréteur Markdown, la possibilité d’associer des images, des tags ou des notes aux “feuilles”, celle de découper les documents en dossiers et pages pour une manipulation plus simples, l’absence d’enregistrement, la synchronisation avec iCloud, les thèmes embarqués…

Le pire, c’est le format en un seul fichier – bonjour la corruption – un modèle propriétaire, des limitations fonctionnelles voulues – comme l’absence de templates – une utilisation à première vue très simple, mais finalement complexe si l’on veut en tirer le maximum…

Ulysses III est édité par The Soulmen, et coûte 39,99 €.

3. Pixelmator

Pixelmator

Pourquoi pirater un Photoshop auquel vous ne comprenez rien, quand des alternatives couvrent déjà 110% de vos besoins à des prix parfaitement abordables ? C’est ce que j’avais en tête quand j’ai entrepris de refaire mon thème à l’aide de Pixelmator.

Pixelmator dispose des principales fonctionnalités que l’on peut attendre : calques, filtres, formes diverses, sélection intelligente, retouche, traitements colorimétriques, raccourcis clavier… le tout dans une interface “à la Photoshop”, disponible en plein écran.

Pixelmator est édité par la Pixelmator Team, et coûte 26,99 €.

4. Tweetbot

Tweetbot

Tweetbot est le meilleur client Twitter toutes plates-formes confondues. D’abord lancé sous iPhone, il a rapidement été porté sous Mac OS, où il a pris une place considérable sur un marché dominé par les clients lourds en Air, et un manque considérable d’application digne de ce nom.

Même s’il ne révèle toute sa puissance qu’utilisé sur différent terminaux grace à la synchronisation des profils via iCloud – quel bonheur de retrouve ma timeline sur mon iPad exactement là où je l’avais laissée sur mon Mac quelques minutes plus tôt – c’est loin d’être sa seule fonctionnalité.

Le principal intérêt de Tweetbot réside d’abord dans l’ergonomie de son interface, et l’expérience utilisateur proposée, particulièrement quand on est un gros utilisateur de Twitter.

En terme de fonctionnalités, j’ai principalement retenu:

  • La possibilité de se connecter à son compte Pocket
  • Les mute particulièrement puissants, pour faire taire tous les utilisateurs de paper.li et autres services un peu trop bavards.
  • Les recherches enregistrables et transformables en listes.
  • La gestion plutôt intelligente des contacts et des favoris.

Si je ne devais lui trouve qu’un seul réel défaut, ce serait son prix, puisque Tweetbot desktop coûte 17,99 €.

5. Transmit

Transmit

Quand on parle de transfert de fichiers sous Mac OS X, on fait généralement référence à Cyberduck, un viol mental et ergonomique comme on en fait peux, et de Transmit, très proche du CuteFTP de ma jeunesse avec son design split pane qui envoyait à droite ce que je prenais à gauche, et vice versa.

En politique on appelle ça le centrisme, mais je m’égare.

Transmit va bien plus loin que CuteFTP, puisqu’il supporte le SFTP, Amazon S3, ou le WebDAV. Il offre également la possibilité de monter un site distant comme un disque dur externe, afin de travailler avec des applications locales, la synchronisation entre deux systèmes de fichiers, et une gestion des queues performante.

Transmit est édité par Panic Software, et il coûte 29,99 €.

6. Simplemind

Simplemind

Nelson Mandela étant depuis longtemps sorti de prison, Jim Kerr et Charlie Burchill menaçaient de mourir d’ennui s’ils ne trouvaient pas une nouvelle activité. Alors qu’on les croyait morts, ils sont Alive and Kicking et surfant sur le retour en grace des années 80, ils ont créé ressorti le nom qui avait fait leur succès et lancé Simple Mind, un outil de mind mapping sous Mac OS X.

Le mind mapping est une méthode d’amélioration de la productivité qui consiste à écrire le fil de ses pensées sur un diagramme afin de ne rien perdre de ses circonvolution cérébrales.

Le principal avantage de Simple Mind, c’est qu’il fait le boulot, et c’est déjà pas mal pour son prix, d’autant qu’il en existe une version gratuite, Simple Mind Free. Il propose divers templates graphiques, la possibilité de trier les mind maps dans des dossiers, et la synchronisation sur iCloud, ce qui permet d’utiliser ses cartes sur son iPad.

Simple Mind est édité par ModelMaker et coûte 26,99 €.

7. Wunderlist

Wunderlist

Wunderlist est de loin le meilleur gestionnaire de tâches toutes plates-formes confondues pour qui ne cherche pas un outil de life management. Disponible sous Mac OS, iPhone, iPad et sur le Web, il permet de synchroniser l’ensemble de sa TODO et de s’y retrouver quel que soit le support d’utilisation.

Wunderlist s’articule autour d’une application en trois panneaux, le principal étant celui des tâches en cours. Celles-ci peuvent être soit des one liner, qui conviendront à la majorité des utilisateurs, soit des taches beaucoup plus complexes, pouvant contenir un ensemble de sous-tâches, des fichiers joints ou des commentaires. La version pro permet également de travailler en équipe avec les tâches et les fichiers partagés.

Wunderlist est édité par 6 Wunderkinder, et est gratuit. La version pro coute 3,50 € par mois.

8. Calibre

Calibre

Calibre est une application de gestion, transfert et conversion de livres électroniques. Elle permet de gérer sa bibliothèque sur n’importe quelle liseuse, Kindle compris, en autorisant un mélange entre les livres achetés chez Amazon et les autres sources.

Calibre permet de transférer les articles présents sur une liseuse sur son disque dur, et vice versa, de convertir les livres dans plusieurs formats (pdf, epub, mobi…) et de classer sa collection de livres. Si comme moi vous les confectionnez au point de saturer votre Kindle, vous comprendrez de quoi je parle. Accessoirement, son mode serveur permet de facilement partager votre collection de livres.

Calibre est un logiciel libre sous GPL v3, et il est gratuit, mais les donations sont grandement appréciées.

9. Omnigraffle

Omnigraffle

Omnigraffle est un outil qui permet de facilement dessiner des diagrammes, y compris les plus complexes, avant de les exporter sous à peu près tous les formats imaginables. C’est le concurrent le plus sérieux à Microsoft Visio, notamment grace à sa communauté d’utilisateurs qui maintient une impressionnante collection de stencils, c’est à dire de patrons Omnigraffle. Il est disponible aussi bien sous Mac OS X que sur iPad.

Ces dernières années, j’ai utilisé Omnigraffle pour : faire des diagrammes d’infrastructure, d’architecture logicielle, des mockups de pages Web (avant l’arrivée de Balsamiq), des mockups d’applications mobiles, et le plan d’aménagement de mon nouvel appartement.

Omnigraffle est édité par Omnigroup. La version basique coûte 99,99 $, et la version pro 199,99 $. Une version d’évaluation complète est également disponible.

10. Pomodoro

Pomodoro

Pomodoro, c’est ce minuteur en forme de tomate qui trônait crânement sur l’enfilade de la cuisine de votre grand-mère, et vous énervait profondément avec son tic tac oppressant qui semblait ne jamais vouloir finir. En 2013, c’est une méthodologie de time management et l’outil qui y est associé.

En venant se loger dans la barre des taches Pomodoro sait se faire oublier. Il permet de gérer des pomodori et des pauses de longueur différente, de se synchroniser avec son calendrier, et d’envoyer les résultats de ses exploits sur Twitter, histoire de s’assurer que plus personne ne vous suive, aidant en cela à votre productivité.

Pomodoro est édité par Ugo Landini, et il est gratuit.

11. iTerm 2

iterm2

Il est souvent difficile de se rappeler que Mac OS X est un UNIX, et pas des moindres. C’est pourtant le cas, et iTerm2 vient nous le rappeler en offrant la meilleure application de gestion de terminal des deux côtés du rideau de fer.

iTerm2 offre la possibilité de combiner des profils riches, avec des arrangements de fenêtres retenus en mémoire d’une session sur l’autre, le tout en plein écran. J’ai ainsi deux arrangements, le premier qui m’affiche 4 terminaux par écran pour travailler sur l’écran du portable, et 9 terminaux quand je branche mon Macbook Pro à mon écran. J’y rajoute une vue visor, sur laquelle je mets mon client IRC accessible par SSH afin de l’avoir sous la main quel que soit l’espace sur lequel je travaille, mais sans pour autant me faire déranger.

iTerm2 est un logiciel libre, et il est gratuit.

12. Textmate 2

Textmate 2

Textmate 2 est le plus abouti des éditeurs de textes disponibles sous Mac OS X, malgré la rude concurrence de SublimeText. Créé comme éditeur de prédilection pour le framework Ruby On Rails, son système de bundles lui a rapidement permis de rajouter des cordes à son arc de manière assez convaincante. Sortie après des années d’attente, la version 2 est la digne successeur du logiciel qui m’a convaincu d’acheter un Mac.

Aujourd’hui, j’utilise Textmate pour développer, écrire sur mon blog, envoyer du contenu dans Evernote, gérer mes tâches quotidiennes et j’en oublie probablement.

Textmate 2 est placé sous licence GPL v3 et il est entièrement gratuit.

13. Pocket

Pocket

Pocket est un agrégateur d’articles, autrefois connu sous le nom de Read It Later, et la meilleure idée depuis l’invention de l’eau chaude. Il stock des pages Web hors ligne, en les affichant de manière à la fois lisible et uniforme. Disponible sous Mac OS X, et iOS, il permet d’effectuer sa veille sans se soucier de problèmes de synchronisation.

Pour les plus geeks d’entre nous, Pocket dispose d’une API assez complète, qu’il est par exemple possible d’utiliser avec une recette IFTTT afin de recevoir sa veille chaque matin sur sa liseuse.

Cela fait maintenant un an que j’ai adopté Pocket, et je ne suis pas prêt de changer de crèmerie, surtout si c’est moins bien.

Pocket est édité par Pocket, et il est gratuit, ce qui n’est pas assez cher pour ce que c’est.

14. Things

Things

Things fait partie des applications à la limite entre la gestion de projets et le life logging, et c’est peut être ce qui en fait tout l’intérêt. Il mélange projets, notes de fond, taches, tags… le tout en reprenant le meilleur des méthodes agiles.

Things divise en effet les tâches entre ce que j’ai à faire aujourd’hui, ce qui est déjà planifié, et ce qu’il serait bon que je fasse, mais que je ne peux pas encore planifier de manière sûre (autrement dit la backlog).

Things est édité par Cultured Code, et il vaut 44,99 €, avec une version d’évaluation gratuite.

15. Skitch, le meilleur logiciel de captures d’écrans

skitch

Skitch est un outil qui permet d’effectuer et d’annoter des captures d’écran avec une grande simplicité d’utilisation. Racheté par Evernote, il s’intègre particulièrement bien avec lui, mais ce dernier n’est pas nécessaire pour l’utiliser.

Côté fonctionnalités, Skitch offre tout ce que l’on peut attendre d’une telle application : flèches, annotations, formes, flou… et une demi douzaine de formats d’exportation.

Skitch est édité par Evernote, et il est gratuit.

16. 1Password

1password

1Password fait partie de ces outils ultimes que je me refuse pourtant d’utiliser parce que je suis un vieux con paranoïaque. 1Password est un gestionnaire de mots de passe qui fonctionne comme un trousseau de clés protégé par un mot de passe unique, le master password. En plus de gérer les mots de passe, il s’interface également avec nombre d’applications afin d’authentifier son porteur sur ses sites Web favoris, ou lui permettre de remplir automatiquement son numéro de carte bleue.

1Password existe sous Mac OS X, iPhone, iPad, Android, et Windows.

1Password est édité par Agile Bits et coûte 44,99 €

17. Github pour Mac

Github pour mac

Si comme moi vous utilisez énormément Github, mais que – contrairement à moi – vous détestez la ligne de commande, l’application Github pour Mac est faite pour vous.

L’application Github permet de gérer énormément de dépôts locaux, de valider les diffs et les commits à pusher avant de faire une vraie bêtise, d’explorer les branches mieux que Tarzan au meilleur de sa forme… Bref, un indispensable pour ceux qui n’aiment pas le terminal.

L’application Github pour Mac est éditée par Github et elle est gratuite.

18 Day One

Day One

Day One est une application de life logging, un journal intime électronique, pas rose et sans le cadenas ridicule que votre petit frère ouvrait avec la pointe d’un stylo et dans lequel vous écriviez :

Cher journal, aujourd’hui j’ai croisé Jean-Kevin – en fait tout le monde l’appelle J-Kev – dans le couloir du collège. Si t’avais des yeux tu verrais ça, il est trop canon le mec, j’ai trop envie qu’il me prenne nue dans la Simca 1000, sauf qu’en vrai je sais trop pas ce que c’est une Simca hihihi.

Pour ma part, je l’utilisais pour noter les problèmes rencontrés au bureau en les accompagnant de tags pour mieux les retrouver. Un peu comme un blog, mais en privé quoi.

Dayone est édité par Bloom Built, et il coûte 8,99 €.

19. Airmail

Airmail

Le passage à Maverick a rendu l’utilisation de Gmail franchement impossible avec Mail.app. La solution réside sans doutes dans Airmail, un client mail multi comptes encore en version beta, mais d’une grande maturité.

Moins sobre que Mail.app, Airmail est pourtant très séduisant avec son utilisation intelligente des couleurs, et les possibilités de personnalisation de son interface. Quant à moi, mon choix est fait, je retourne tuner mon .muttrc.

Airmail est édité par Bloop, et il coûte 1,79 €.

20. The Unarchiver

The Unarchiver

Il était difficile de terminer cette liste sans mentionner au moins un utilitaire d’archivages. Même encore aujourd’hui, Mac OS X est limité en termes de formats supportés, et la communication entre les mondes Mac et Windows est parfois difficile, notamment pour les formats .rar et 7zip.

Après des années passées à utiliser Stuffit Expander, j’ai jeté mon dévolu sur The Unarchiver, qui a le bon goût de supporter la majorité des formats de compression, y compris les plus anciens, comme ARJ.

The Unarchiver est gratuit, et c’est tant mieux !.

Et voilà, c’est fini pour cette fois. Profitez bien de l’hiver qui arrive pour jouer avec toutes ces merveilleuses applications. Quant à moi, je vous retrouve dans un an pour la compilation des meilleures applications Mac OS X pour bien passer l’année 2015, si la troisième guerre mondiale ne nous a pas tous tués d’ici là.