LeWeb Londres

L’annonce est tombée hier soir : LeWeb, la conférence organisée chaque année à Paris par Loïc et Geraldine Lemeur prendra ses quartiers de presque été à Londres les 19 et 20 juin prochain. C’est une excellente nouvelle tant l’arrêt de la Web 2.0 expo et des autres grosses conférences avait laissé un vide dans l’écosystème des conférences tech européennes.

Année après année, LeWeb est devenu de très loin ma conférence préférée à la fois pour la qualité des intervenants, des participants croisés au hasard des couloirs et des événements off. J’ai eu la chance d’y participer trois fois comme blogueur officiel, puis comme membre de l’équipe chargée de ces mêmes blogueurs. Après mes années à organiser l’Epitanime, je m’étais juré de ne plus jamais m’impliquer de près ou de loin dans un événement. Pourtant, je ne remercierai jamais assez Loïc, Geraldine et Stephanie Booth de m’avoir embarqué dans ce super bateau.

Cette déclinaison de la conférence soulève pourtant quelques questions.

Pourquoi avoir choisi Londres ? 2012 est clairement l’année de la capitale britannique qui organise les Jeux Olympiques d’été, et la ville s’était déjà montrée intéressée par la conférence. Il me semble pourtant que depuis deux ans, Berlin est clairement devenu ce que l’on a appelé un peu vite “la Silicon Valley européenne” : les startups et les événements liés y fleurissent comme en 1999, et on y sent ce petit vent de folie qui pousse à la créativité.

Ma seconde interrogation, concerne l’avenir de Seesmic. L’organisation d’un événement comme LeWeb demande des ressources humaines et financières considérables. Loïc disait l’an dernier ne passer que quelques semaines par an sur la conférence dont le véritable chef d’orchestre est Geraldine. Le lancement d’un second LeWeb – pour l’instant – en plus de la version parisienne annonce-t-il la fin de Seesmic, ou au moins un désengagement de Loïc ? La réponse devrait arriver assez rapidement.

LeWeb Londres réussira-t-il à rassembler un panel d’intervenants aussi bon qu’en 2011 sans pour autant dépeupler le cru parisien de la conférence ? C’est paradoxalement le sujet à propos duquel je me pose le moins de question. Millésime après millésime, Loïc et Geraldine ont réussi à monter un programme intéressant, varié et équilibré, gageons qu’ils sauront faire aussi bien à Londres qu’à Paris sans brûler toutes leurs cartouches. Et comme ils aiment faire les choses bien, vous pouvez d’ors et déjà réserver un double billet Paris / Londres à un tarif early birds préférentiel, mais jusqu’au 15 mars seulement. Dépêchez-vous, il n’y en aura pas pour tout le monde.