Vaporware

J’adore les poissons d’avril sur Internet depuis que j’ai découvert les RFC créés spécialement pour l’occasion, comme IP over Avian Carriers with Quality of Service en 2001 (littéralement IP sur pigeon) ou le Security Flag in the IPv4 Header en 2003. Depuis, je m’efforce d’en faire un, plus ou moins crédible, chaque année. La preuve, vous êtes très nombreux – pas forcément bien réveillés – à avoir cru à mon départ chez Microsoft, au moins jusqu’à ma diatribe sur les logiciels libres, même si cette dernière n’est pas totalement infondée.

En 2005, sur un autre blog, j’avais annoncé mon départ pour Pékin. L’année d’avant, nous étions passés à deux doigts de partir nous installer au Viet Nam, aussi l’annonce n’avait-elle rien d’extraordinaire. Ma propre mère s’y était d’ailleurs fait prendre. Le plus drôle fut qu’un pot de départ avait été improvisé le lendemain à l’occasion du Paris Carnet d’avril, jusqu’au moment où les organisateurs se sont rendus compte de la supercherie.

En 2006, je plaquais tout pour rejoindre les équipes de PC Soft (Windev et Webdev), notamment pour prendre en charge leur blog d’entreprise.

En 2008, Sebastien Courtes et moi frappions très fort en lançant Vaporware, l’autorité de certification de votre identité numérique, un clin d’oeil à Ziki et Myid.is toujours annoncé et toujours repoussé, avec site Web, communiqué de presse et tout et tout… et de loin mon meilleur poisson d’avril.

En 2009, j’avais relayé le procès intenté par Fedex à Topify pour violation de copyright, tout en annonçant par ailleurs que je ne ferais pas de poisson d’avril cette année là.