Frederic de Villamil


, , , , ,


Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Google Plus Partagez sur Linkedin Plus

Paris Web 2009, c'est parti, et ça a l'air vachement bien !

Je rentre tout juste de l’apéro communautaire de la conférence Paris Web 2009, à laquelle je n’ai malheureusement pas pu me rendre malgré la présence d’une invitation dans ma boite mail. Comme tous les ans, j’ai pu y croiser plein de gens fantastiques (beaucoup trop pour pouvoir en profiter pleinement), et <fanboy>j’ai même pu revoir mon idole de toujours avec qui j’avais passé une soirée mémorable il y a quelques mois. </fanboy>
Si vous ne connaissez pas encore Paris Web, courez immédiatement vous mettre à jour. Il s’agit tout bonnement de LA Conférence – avec un C majuscule – française sur ce qui fait un web de qualité. Elle regroupe pour la quatrième année un panel impressionnant de stars internationales, et j’ai eu l’honneur l’an dernier d’y animer un atelier avec mon confrère en subversion sémantique David Larlet.

Le problème des conférences hyper spécialisées, et d’une manière plus générales des communautés, c’est leur tendance à s’enkyster autour d’un noyau dur d’habitués, et leur fermeture progressive à l’arrivée de sang neuf. J’ai connu ça avec tristesse dans le logiciel libre il y a plus de 10 ans, mais également dans l’animation japonaise, et j’avais un peu peur de voir Paris Web sombrer dans le même travers.

Que nenni, j’avais – pour une fois – tort ! Paris Web est pour l’instant mal parti pour devenir ce rassemblement de vieux dinosaures se gratulant le con autour d’une blonde pas fraîche en se remémorant leurs souvenirs d’anciens combattants, entre cette année là, j’avais fait la refonte d’un énorme intranet en Frontpage, mais le client m’a cassé la conformité au RGAA version 3.141592 en y collant un gif animé sans alt, j’ai du virer la référence de mon site ou le web, quand même c’était mieux avant, y’avait pas tous ces skyblogueurs (humour, certains développeurs de chez Skyrock sont très impliqués dans Paris Web, et dans le web de qualité en général), on naviguait sous W3M et au moins on ne se tapait pas toutes ces bannières en flash.

Cela n’arrivera pas. Si vous en doutez, comparez le programme de Paris Web 2008 avec celui de cette année. De nouvelles thématiques font leur entrée – ou leur retour – en force, notamment autour de la sécurité, de l’utilisabilité et du mobile, et l’ambiance y est toujours aussi exceptionnelle, avec ce doux mélange d’anciens et de nouveaux qui en font une conférence unique au monde et vous requinque pour l’année. Ça me rend malade de ne pas pouvoir y être, et si vous n’y êtes pas, vous devriez en être malade aussi.