Une startup avec un SPOF finira forcément comme le Titanic

Quand je ne blogue pas, je construits des plate-formes haute disponibilité. Je m’assure que, si une machine tombe, la machine voisine puisse prendre le relais. Si un fournisseur d’accès à Internet tombe, un autre doit pouvoir prendre le relais, etc. Je dois éliminer tous les éléments qui, par leur défectuosité, feraient tomber ma plate-forme. On les appelle les Single Points Of Failure, ou SPOF. Aucune entreprise ne devrait avoir d’employé indispensable, ce n’est bon ni pour elle, ni pour eux. Celles qui n’y font pas attention risquent de se réveiller avec la gueule de bois.

Toutes les entreprises courent des risques plus ou moins grand d’avoir un SPOF, sauf l’Enterprise qui a un Spock, mais ce n’est pas la même chose. Plus l’entreprise est petite, plus le risque d’avoir un SPOF est grand, mais le phénomène s’applique aussi localement dans des grands groupes. Plus un projet est ancien, plus le risque d’avoir un SPOF est grand : il sera le seul à savoir comment certaines parties fonctionnent, et aura ainsi assuré son boulot en se rendant indispensable.

Les SPOF sont mauvais pour l’entreprise et pour eux-même

Pour éviter les problèmes, certaines assurances exigent que les co fondateurs des entreprises voyagent en avion séparés, afin de s’assurer que l’un des deux survive en cas de crash.

Cette manière d’éviter les SPOF montre bien le danger qu’ils font courir à l’entreprise. Cela s’applique à tous les niveaux de la société : si quand un employé éternue, toute la boite s’enrhume, vous êtes en présence d’un SPOF.

Je vais vous proposer un test.

Regardez les personnes qui travaillent autour de vous, et posez-vous la question : si ce collègue passait demain sous un bus, quel serait l’impact sur l’entreprise ? S’il est catastrophique, parce que lui seul dispose des connaissances / contacts pour faire ce qu’il fait, vous êtes en présence d’un SPOF.

Les SPOF sont mauvais pour l’entreprise, ils sont également mauvais pour eux-même.

L’autre jour, je montais le lit superposé de mes enfants. Chaque montant est tenu par deux longues tiges filetées. L’une d’elles manquait ; le surplus de traction effectuée sur la seconde augmente l’usure et les risques de cassure. On est là en présence d’un SPOF : la pression qu’il subit l’use plus rapidement et met tout le reste de la structure en danger.

Un SPOF aura une pression constante, parce que son rôle reste clé qu’il soit présent ou absent. Corollaire : pas de vacances, pas de week-end, et pas de repos, intellectuellement parlant. Certaines personnes aiment ça – j’en fais partie – pour la même raison que les médecins urgentistes et les anesthésistes prennent leur pied dans leur métier. Ce sont aussi les médecins qui meurent les plus jeunes.