Frederic de Villamil


, , , ,


Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Google Plus Partagez sur Linkedin Plus

Vos backups ne servent à rien (s'ils ne sont jamais testés)

Si vous avez deux sous de jugeote, vous sauvegardez régulièrement vos données. Vous le faites toutes les semaines pour les plus cinglés confiants, tous les jours, ou toutes les heures, sur un NAS à la maison, sur un Dropbox like, sur Time Machine, sur bande… les solutions ne manquent pas.

C’est très bien, malheureusement, il y a 99% de chances pour que ça ne serve à rien, parce que personne ne test ses backups jusqu’au jour où il faut pouvoir les utiliser. Et là, comme disait je ne sais plus qui, c’est le drame.

C’est le drame parce que les fichiers sont corrompu. C’est le drame parce que le DVD est illisible. C’est le drame parce que la bande a fondu. C’est le drame parce que les sauvegardes MySQL vautrent au chargement. C’est le drame parce que les fichiers présents sur le disque et les fichiers listés dans la base de données ne sont pas les mêmes…

Sauvegarder n’est pas seulement s’assurer une certaine tranquillité d’esprit. La sauvegarde est une politique à part entière. Si je devais faire une analogie douteuse, ce n’est pas parce que vous utilisez toujours un préservatif que ça doit vous exempte de dépistage le jour où vous décidez de vous en passer.

Ces dernières années, j’ai eu droit à tous les problèmes possibles. Mes machines virtuelles ne voulaient plus remonter. Mes DVD étaient rayés. Mon serveur de backup était à la rue mais sans donner d’alertes. Pendant la canicule, les bandes ont fondu dans la voiture du type qui les apportait au coffre parce qu’il s’était garé en plein soleil le temps d’aller déjeuner. J’ai vu des dumps MySQL refuser de charger à cause d’une combo insert ignore + données incohérentes ou pire, encodage corrompu lors du dump.

Effectuer des sauvegardes, c’est s’assurer de :

  • L’intégrité des données : les données doivent être récupérables, de préférence unitairement.
  • La cohérence des données : une fois restaurées, les données doivent être dans l’état dans lequel elles étaient au moment de la sauvegarde.

Il existe diverses manières de tester ses sauvegardes. La plus simple, pour les fichiers, est d’utiliser l’utilitaire md5sum, qui permettra de comparer binairement le fichier local et le fichier sauvegardé. Les sauvegardes de base de données doivent être rejouées au moins une fois par mois : cela permet de s’assurer que les données elles-mêmes ne sont pas corrompues à la source. Parce que le combo crash disk + backup corrompu, c’est comme la pub du loto : ça n’arrive pas qu’aux autres.