Depuis mes premiers articles sur la recherche d’emploi, je reçois régulièrement des demandes de personnes plus ou moins proches me demandant leur avis à propos de leur C.V. Les questions et les remarques tournant généralement autour des mêmes sujets, il m’a semblé intéressant de les regrouper dans un billet… orienté web, évidemment.

1- Circonscrivez votre cible… et mettez-vous à sa place.

Le CV générique n’existe pas. Votre CV est unique, et à votre image, fruit de vos acquis techniques, professionnels, extraprofessionnels et de vos projets à venir. Élaborez le en fonction de vos aspirations ou de l’emploi pour lequel vous postulez. Dans le cas d’une réponse à une offre d’emploi ou à un appel d’offres, il vous faudra même probablement le réécrire pour le faire coller à l’objectif en cours. Mettez-vous à la place de votre cible, et demandez-vous ce qu’elle s’attendait à recevoir en rédigeant son annonce.

Certains m’ont fait remarquer que ce dernier point relève de la triche, puisque le candidat fait lire au recruteur ce qu’il a envie de lire. Cela n’en est pas : inutile de prendre le recruteur pour un imbécile, il sait de toute manière parfaitement de quoi il retourne.

2- Donnez un titre à votre CV.

Apprenez-vous à vous définir en quelques mots. Cette définition servira de titre à votre CV, et c’est la première chose que le recruteur verra en l’ouvrant. Idéalement, elle contient le libellé du poste recherché et un adjectif explicitant soit votre principale qualité, soit votre ancienneté dans le poste recherché.

Cela donnera :

  • Assistante de direction dynamique.
  • Développeur web expérimenté.
  • Actrice de hentai junior.
  • Politicien honnête.

3- Sachez aller à l’essentiel.

Pas la peine de détailler l’ensemble de vos compétences. Non seulement toutes ne vous serviront pas dans le poste que vous recherchez, mais en plus, la concision et l’esprit de synthèse sont des qualités particulièrement appréciées.

Développeur web, détaillez la liste des langages orientés web, les outils et les framework que vous maîtrisez. Inutile en revanche de réciter la litanie des UNIX dont vous maîtrisez l’administration : même si c’est un plus appréciable, on ne devrait pas vous demander de monter des architectures haute disponibilité sous Solaris tous les matins. Résumez-donc en trois mots : administration système UNIX, quitte à rajouter la mention LAMP (Linux, Apache, MySQL, PHP) s’il vous reste de la place et que ces mots n’apparaissent pas déjà ailleurs dans votre CV. Cette dernière remarque vaut particulièrement pour les CV sur le web où les mots clé sont plus importants.

Il est tentant de vouloir être exhaustif et de vouloir en mettre plein la vue du recruteur, mais vous courrez là deux risques :

  • Celui de noyer les données importantes dans le flot d’informations.
  • Celui de paraître trop compétent pour le poste convoité.

Dans la même veine, inutile de mettre votre numéro de téléphone fixe, mobile, celui de votre chien, de votre chat et de votre poisson rouge. Un numéro de mobile et une adresse mail sont largement suffisants pour vous contacter, et cela fait gagner de la place. Ce conseil vaut aussi pour la date de naissance : date de naissance ou âge, mais les deux ne sont pas nécessaires. Inutile de même de spécifier “nationalité française” si vous ne portez pas un nom à très forte consonance étrangère.

4- Structurez !

Ne mettez pas tous vos oeufs dans le même panier, mais apprenez au contraire à structurer votre CV. Trop de gens mêlent formation, diplômes et compétences dans une seule et même section, alors même que ce sont trois choses totalement différentes. Que l’on mélange diplômes / certifications et formation ne me gène pas outre mesure. Mais les compétences ne s’acquièrent pas seulement à l’école, et elles doivent faire l’objet d’une section à part. Cela vaut particulièrement en informatique où ce que vous avez fait à l’école compte beaucoup moins que ce que vous savez réellement faire.

5- Deux pages ne sont pas une fatalité

J’entends souvent la même phrase “zut, j’ai fait deux pages, il faut que je réduise”. Contrairement à une idée répandue, un CV ne doit pas obligatoirement faire une seule page, dès lors qu’on a quelque-chose à y mettre. La preuve, avec 7 pages, le mien ne m’empêche pas d’être contacté presque quotidiennement par des recruteurs et autres chasseurs de têtes.

6- Relisez-vous… à l’envers

Depuis trois ans, j’ai pris l’habitude de relire tous mes billets et mes dossiers à l’envers, dès que j’en trouvais le temps, afin de chasser les fautes que j’aurais laissé passer lors de lectures consécutives dans le bon sens, et ce processus marche merveilleusement bien.

La raison de son efficacité est simple : dans la lecture de gauche à droite, le cerveau va s’attacher au sens, et il ne butera pas sur les fautes. Lors de la lecture à l’envers, les mots sont décorrélés du sens, et le cerveau perçoit les fautes d’orthographe et de grammaire, puisqu’il analyse ce que le lecteur voit indépendamment du contexte.

7- Faites attention au style

Tout comme la grammaire et l’orthographe, le style est particulièrement important. Les phrases doivent être précises et concises, et mettre en avant le poste occupé, les mots clés associés, et les clients pour lesquels vous avez travaillé.

En fonction du pays dans lequel vous postulez, certaines tournures de phrases sont plus appréciées que d’autres :

  • Tradition française : chef de projets web en environnement à fortes contraintes de performances et sécurité.
  • Tradition anglo-saxonne : j’ai géré des projets web dans des environnements à fortes contraintes de performances et de sécurité.

Si vous travaillez dans l’informatique, n’hésitez surtout pas à rajouter une lignes “technologies” en dessous de chaque expérience dans laquelle vous détaillerez les langages, environnements et outils employés. De même, si vous avez travaillé en agence et que vous ne souhaitez ou ne pouvez pas détailler tous les projets sur lesquels vous êtes intervenu, accompagnez une description succincte du poste occupé d’une ligne “clients” détaillant ceux avec lesquels vous avez travaillé.

8- N’abusez pas des fonts

Tout comme dans les pages web, n’abusez pas des blocs de texte en gras, italique ou soulignés, ni de la couleur. Utilisez-les au contraire à bon escient : pour les titres de partie ou pour marquer les expériences. Certaines personnes mettent en gras les mots clé qui leurs paraissent importants, je ne suis pas particulièrement fan de cette technique. Idéalement, limitez vous à 3 fonts, pas plus.

9- Pensez au CSS “print” pour les CV en HTML

Ceci vaut pour toute personne mettant son CV sur le web au format HTML, mais particulièrement pour les développeurs web.

La plupart des gens qui vont consulter votre CV vont vouloir l’imprimer, que ce soit pour l’archiver, l’avoir avec eux durant l’entretien ou simplement le lire à tête reposée. Aussi, préparez une CSS pour l’impression. Non seulement ils vous en remercieront, mais il se pourrait même qu’ils le remarquent et en tiennent compte.

10- Mettez du concret

Vous travaillez dans le web ? Que votre CV soit en HTML, PDF ou .doc, il vous laisse la possibilité d’y ajouter des liens. Mettez-en vers votre portfolio si vous êtes graphiste, ou vers des sites, des application ou des projets sur lesquels vous êtes intervenu. Vous donnerez ainsi du poids à votre CV, surtout face à quelqu’un au CV équivalent. De même, si vous participez à des projets open source majeurs et / ou en relation avec le travail pour lequel vous postulez, ou que vous avez des responsabilités associatives, n’oubliez pas de le mentionner, cela vous donnera plus de relief.

11- En dernier lieu, faites vous relire

Une fois ces conseils suivis, votre CV épluché, lu et relu dans tous les sens, demandez à quelqu’un de vous relire. Ça ne coûte rien, et cela vous donnera un avis extérieur sur un travail fastidieux et sur lequel on n’a généralement que très peu de recul.

paris, ma bonne ville

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: