Ça y-est, vos efforts ont payé, et votre blog attire enfin un trafic à la hauteur de vos efforts. Vous avez maintenant décidé de sauter le pas et de rentabiliser votre activité. Pourquoi pas, tout travail mérite salaire dit-on, mais faites attention, les pièges sont nombreux, et il ne faudrait pas tomber dedans sous peine de faire fuir les annonceurs potentiels et ainsi de passer à côté d’une manne conséquente.

1. Sélectionnez des emplacements attractifs

Commencez par sélectionner des emplacements attractifs, c’est à dire des emplacements qui valoriseront les productions de vos annonceurs.

Les emplacements les plus attractifs se trouvent au dessus de la “ligne de flottaison” d’un écran configuré pour une résolution de 1024 x 768, c’est à dire ce que le visiteur voit en arrivant sur la page sans avoir besoin de la faire défiler.

Le schéma ci-dessous définit une carte des zones de chaleur – ou “heatmap” – des emplacements publicitaires. Plus la couleur est chaude, et plus l’emplacement est susceptible d’intéresser l’annonceur.

Heatmap des emplacements publicitaires

Les emplacements les plus intéressants sont donc dans l’ordre :

  1. La sidebar supérieure droite.
  2. Le contenu supérieur.
  3. La sidebar supérieure gauche.
  4. L’en-tête au dessus de votre logo et de la navigation.
  5. Le contenu sous la ligne de flottaison.
  6. La sidebar inférieure droite.
  7. La sidebar inférieure gauche.
  8. Le pied de page.

2. Choisissez un gabarit de pages favorisant les annonceurs

Utilisez un gabarit de page adapté à des campagnes publicitaires, c’est à dire prévu pour placer des annonces publicitaires. Choisissez-le plutôt à 3 colonnes, chaque colonne devant pouvoir héberger les formats d’annonce traditionnels. Si vous choisissez 2 colonnes, assurez-vous que la sidebar puisse accueillir des blocs de 280 pixels de large, pour les blocs de 4 fois 125 pixels.

Ma préférence va au faux 3 colonnes : une colonne à gauche accueille le contenu, et une sidebar large de 2 colonnes permet d’afficher beaucoup d’informations, mais également différents formats d’annonces plus ou moins larges en fonction des besoins.

3. Diversifiez les formats

Proposez plusieurs formats à vos annonceurs. Vous leur donnerez ainsi le choix en fonction des emplacements, de leur budget, de leur campagne, ou des media à afficher. Mes préférences vont, aux formats suivants :

Les blocs de 4 x 125 pixels, à placer en sidebar. Encore peu populaires en France, ils permettent pourtant un rapport taille / prix imbattable en assurant une présence visuelle réelle à votre annonceur sans pour autant nécessiter de grande campagne. Un logo suffit.

Les grands blocs à placer dans le contenu : ces derniers permettent d’afficher des campagnes vidéo, maintenant omniprésentes sur le web. Leur grande taille assure une visibilité – et un prix – important.

Les petites bannières, à placer un peu partout dans le contenu. Elles peuvent contenir une à deux annonces graphiques, en fonction de ce que vous proposera votre régie publicitaire.

À contrario, je n’aime pas :

Les grandes bannières horizontales : elles n’apportent pas grande chose de plus que leurs petites soeurs, et leur prolifération en haut des pages dans les années 90 les ont rendues presque invisibles à l’oeil.

Les grattes ciels, pour la place qu’ils prennent. Le but de la publicité est de s’intégrer au contenu, pas de le remplacer.

4. Placez des bandeaux “annoncez ici” sur les emplacements libres

Signalez les emplacements libres en les remplissant par des bandeaux “annoncez ici”, pointant soit vers un formulaire de contact, soit vers votre régie publicitaire.

Inutile de le faire sur tous les emplacements libres, un seul suffira du moment qu’il soit bien visible. Sur les autres, en attendant les acheteurs, placez des bannières vers vos autres sites, afin de drainer du trafic dans leur direction.

5. N’acceptez que des annonces en cohérence avec votre ligne éditoriale

Surtout, n’acceptez pas n’importe quoi ! Si votre site traite du développement web, évitez les annonces pour des pièces automobiles, des films, ou des produits de beauté. Vous ferez fuir les annonceurs spécialisés dans votre branche, justement ceux susceptibles de vous rapporter le plus d’argent. De même, évitez les publicités pour les jeux en ligne, ou le Viagra.

Je sais qu’au début la tentation d’accepter ce qu’on vous propose est très forte, mais il s’agit en fait d’un des principaux pièges à éviter. Après tout, ne vaut-il mieux pas être seul que mal accompagné ?

6. Communiquez régulièrement sur vos statistiques

Vos statistiques intéressent les annonceurs car elles sont un bon révélateur de votre visibilité. N’hésitez donc pas à communiquer régulièrement dessus, particulièrement si elles connaissent une hausse régulière. Mettez en avant les chiffres suivants :

  • Visiteurs uniques par mois.
  • Nombre de pages vues.
  • Nombre d’abonnés aux flux RSS si vous y vendez des espaces.

Les annonceurs sont également (encore) intéressés par votre PageRank Google, même si ce point s’avère de moins en moins discriminant.

7. Remplissez votre page “à propos”

Votre page “à propos” doit convaincre les annonceurs d’investir sur vous. Elle doit donc leur expliquer clairement qui vous êtes, de quoi parle le site, pourquoi vous êtes une référence dans votre domaine, et donc pourquoi ils doivent investir chez vous et pas chez le voisin.

N’oubliez pas de donner sur votre page “à propos” un ou plusieurs moyens de vous contacter : adresse e-mail, numéro de téléphone, voire un formulaire de contact.

8. Connaissez vos visiteurs

Il est important pour les annonceurs de connaître le public visé par votre site. Cette donnée permet de cibler particulièrement les campagnes, et donc de bénéficier d’un taux de transformation important. Les principaux critères sont l’âge et la répartition par sexe. D’autres données intéressantes sont la répartition géographique, ou les domaines socio-professionnels.

Sur un blog, ces données ne sont pas toujours simples à obtenir. Cependant, votre spécialisation peut vous permettre de déduire ces données de manière empirique. Vous pouvez aussi lancer un questionnaire afin de mieux connaître vos lecteurs.

9. Évitez les Adsense Google

Évitez les campagnes Adsense, même si elles semblent au début un bon moyen de monétiser votre blog.

D’abord parce qu’elles ne rapportent pas tripette, ou en tout cas bien peu par rapport à la place qu’elles occupent. Des exceptions existent bien entendu sur des marchés très ciblés à forte valeur ajoutée, mais ceux-ci sont de plus en plus rares.

Ensuite parce que la grande majorité des navigateurs modernes les bloquent. Vos visiteurs ne les verront donc probablement pas, et ne pourront donc pas cliquer dessus.

Elles sont également faussement pertinentes. Certes, les algorithmes de Google analysent correctement votre contenu, mais les résultats s’avèrent souvent décevants. Trois cas fréquents parmi d’autres :

  • Des annonces publicitaires sans rapport avec votre ligne éditoriale, mais l’algo Google a tilté sur quelques mots présents dans la page. Je me suis ainsi retrouvé avec une campagne pour un site de rencontre lesbien sur une page qui traitait de développement web. Allez comprendre.
  • Des annonces pour vos concurrents directs, qui investissent sur les mots clés que vous utilisez.
  • Des annonces fantaisistes qui occupent l’espace avec une chance de clic avoisinant le zéro absolu. Ebay est un spécialiste du genre, avec des annonces à la “Ruby on rails à partir de zéro euros sur Ebay”.

Enfin, dernier mais pas des moindres, Adsense risque de faire fuir vos annonceurs à cause de son peu de professionnalisme. La régie ne vous permet pas de choisir vos campagnes, et les risques de côtoyer des annonces inappropriées sont donc plus grands, mais elle bannit également tout contact entre l’annonceur et le média.

10. Bannissez les régies de vente de liens en dur

Bien qu’elles semblent un moyen rapide et régulier de gagner de l’argent, les régies de vente de liens en dur sont un véritable fléau à bannir de vos sites.

Le principe de ces régies est simple : vous hébergez des liens en dur sur votre site vers vos annonceurs en échange d’une rente mensuelle plus ou moins élevée, généralement en fonction de votre Pagerank Google et de votre place au classement Alexa. Cela semble à priori tout bénéfice pour vous : votre revenu est assuré en échange de peu de travail, et le format des liens textes est peu intrusif.

Ce qui se passe réellement est un petit peu différent. Vous offrez les effets de votre Pagerank à des sites sans aucun rapport avec votre contenu éditorial. Ces derniers en profitent, tout en faisant baisser la valeur de vos pages, puisque celles-ci se mettent à pointer vers des liens sans valeur. Google pénalise aujourd’hui fortement cette pratique, et incite même à la délation en proposant le formulaire idoine, notamment dans ses webmaster tools.

Faites le calcul, et vous verrez que finalement l’investissement n’est pas si rentable que cela, que vous soyez acheteur ou vendeur de ce genre d’espaces.

11. Conservez votre ligne éditoriale

Même si vos centres d’intérêts peuvent changer au niveau micro avec le temps, tenez-vous en à votre ligne éditoriale principale. Elle va de paire avec votre expertise, et vous permet de fidéliser votre lectorat tout en assurant à priori une bonne visibilité sur les outils de recherche. De plus, cette cohérence d’un bout à l’autre rassure les annonceurs qui n’iront pas placer leurs campagnes sur un blog susceptible de changer du tout au tout du jour au lendemain.

12. Enfin, soyez professionnel avant tout

Soyez professionnel dans les sujets traités aussi bien que dans le ton employé. Si vous vous mettez du jour au lendemain à disserter de l’existence de Dieu en chambre froide, ou de l’incompétence des hôtesses de caisse du Mac Donald’s de trifouilly les oies, ou que vous passez votre temps à démolir gratuitement tous les produits que vous allez tester, vous ferez fuir les annonceurs qui craindront de subir le sort de leurs malheureux confrères une fois la campagne terminée.

Oh la belle bleue

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: