S’ils peuvent à première vue sembler une perte de temps, les concours de startups représentent au contraire un excellent exercice pour qui monte sa première entreprise (et probablement la seconde) tant ils sont riches d’enseignements quant à son produit, son positionnement, et la validité théorique de son business model. Alors que Loïc et Geraldine Le Meur viennent d’annoncer le concours de startups de LeWeb’12 Paris, il m’a semblé intéressant de revenir sur les quatre principales raisons d’aller pitcher dans un concours.

Ça c'est un pitch

1. Pour gagner de la bonne visibilité

C’est à mon avis la première bonne raison pour participer à ce genre de concours : ils vous offrent une visibilité que votre carnet d’adresse ne vous autorise pas forcément.

Par visibilité, je ne parle pas de relations publiques, mais de networking : industriels, financiers, chefs d’entreprises, c’est à dire de possibles partenaires, mentors ou clients. Pour les relations publiques, c’est très bien, mais comme disait je ne sais plus qui, Techcrunch ne paiera pas vos factures.

2. Pour améliorer votre pitch

Vous êtes-vous déjà demandé si les personnes à qui vous faisiez votre pitch comprenaient de quoi vous parliez ? Un des aspects importants des concours de pitchs, c’est que les membres du jury ne sont pas forcément – et même loin de là – des technophiles avertis. Ils sont donc un bon indicateur de la clarté et de l’accessibilité de votre discours.

Notre coach à ESSEC Venture nous disait que notre pitch ne serait pas maîtrisé tant que nous ne l’aurions pas déroulé à au moins 50 personnes différentes, ce qui exclut de facto votre chien, votre chat et le miroir. Même si ce dernier reste un excellent partenaire d’entrainement, rien ne vaut la confrontation avec un vrai jury pour repérer vos erreurs.

Ainsi, si vous vous définissez comme un ninja de l’entrepreuneuriat, et considérez votre produit comme révolutionnaire, vous êtes certain de passer à la trappe.

3. Pour valider (théoriquement) votre business plan

La partie rédaction formelle du business plan était une partie fondamentale des séances de coaching et des concours. D’abord parce qu’elle nous permettait d’ajuster notre vision commune des objectifs visés. Ensuite parce qu’elle nous forçait à nous projeter dans des choses moins immédiates que la sortie de notre produit : étude du marché, positionnement, croissance à 1, 2, 3 ans…

Quand j’y repense, nos chiffres étaient en décalage total avec le monde réel, mais il semble que nos courbes et nos objectifs de croissance ne devaient pas être si aberrants, puisque personne ne nous a jamais fait de réflexion sur le sujet.

4. Pour le fric

La dernière raison, et non la moindre, de participer à ce genre de concours, c’est qu’ils sont généralement (plus ou moins chichement) dotés. Quand vous galérez à bootstraper en attendant des jours meilleurs, à commencer par disposer d’un produit viable pour acquérir des clients, quelques milliers d’euros ne sont jamais de trop.

Enfin, et ce n’est clairement pas à négliger, ces concours de startups permettent de rencontrer d’autres entrepreneurs passionnants et passionnés, et de voir que vous n’êtes pas le seul à galérer.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: