Dans la lignée des 20 signes qui…, je suis tombé aujourd’hui sur l’excellent billet 20 signs you don’t want that internal social media project écrit par Suw Charman-Anderson. Et comme il s’agissait d’une réponse à l’hilarant article de Chris Applegate, je vous propose ce soir pas moins de 40 signes qui montre que le client ne veut pas de votre projet de réseau social, avec mon analyse du sujet en guise de conclusion.

Selon Suw Charman

  1. Le client veut développer sa propre plate-forme de blog / wiki car il veut un contrôle total sur sa technologie.
  2. Le client insiste sur le fait que seul le management pourra disposer d’un blog interne.
  3. La communication veut rédiger le blog du CEO.
  4. La DSI ne laissera personne installer un lecteur de flux RSS avant d’en avoir fait une revue de code complète, ce qui peut prendre jusqu’à un an. Et cela n’inclut évidemment pas les mises à jour.
  5. Le client veut absolument utiliser Lotus Notes comme plate-forme de blog.
  6. Quand vous demandez à la DSI quelle expérience elle a en termes de réseaux sociaux, elle vous répond « de toutes manières, on les bloque tous… »
  7. Le client veut Facebook.
  8. Pourquoi ne lancerais-t-on pas tout ça vite fait histoire de voir comment ça prend ?
  9. La DSI bloque tous les flux RSS à cause d’un « potentiel exploit dont ils ont entendu parler sur Slashdot »
  10. Le client tient absolument à utiliser Sharepoint comme plate-forme de wiki.
  11. Une enquête parmi le personnel a montré que certains cadres avaient plus de 50000 messages non lus dans leur boite mail. Le management soutient pourtant mordicus qu’ils n’ont « aucun problème quant à l’utilisation de l’e-mail »
  12. Le management refuse d’intégrer la moindre terminologie, ce qui se traduit par un « Je viens juste de publier un nouveau blog sur notre wiki »
  13. Apparemment, la messagerie instantanée est « un truc d’ados »
  14. Le client décide que seuls les libellés approuvés par le management pourront être utilisés comme tags dans leur application de bookmarking social.
  15. Le wiki du client est appelé SocietéPédia, est complètement obsolète, et n’a jamais été utilisé de manière réellement collaborative.
  16. La DSI refuse d’utiliser des outils open source car « personne ne pourra assurer le support »
  17. Le client a de fréquents débats afin de savoir qui de Lotus Notes ou de Sharepoint est la meilleure application web 2.0.
  18. Pourquoi n’installerais-t-on pas simplement des forums ?
  19. Le client est persuadé que la notion d’adoption implique de vouloir recueillir un enfant abandonné.
  20. Le CTO se fait toujours imprimer ses e-mails par sa secrétaire.

Selon Chris Applegate

  1. Le client l’appelle un « blog internet »
  2. Le client a une vidéo virale à mourir de rire qu’il souhaite que vous diffusiez. Ce n’est rien d’autre que sa dernière pub TV déposée sur Youtube.
  3. C’est encore mieux si cette dernière est un remake d’un fameux meme internet.
  4. Le client insiste pour que Mr T ou David Hasselhoff tourne dans sa vidéo virale.
  5. Le client veut quelque chose de limite, comme « cette vidéo du kamikaze » mais conditionne le projet à la validation de son service juridique.
  6. « Je ne comprends pas pourquoi je vous paye si cher alors que je peux simplement envoyer une revue de presse à tous ces blogueurs »
  7. Est-ce qu’on ne pourrait pas engager… vous savez, Tom Coates… On m’a dit qu’il était très populaire.
  8. Le client admet publier anonymement des liens vers son site sur des forums.
  9. Le client vous demande de publier anonymement des liens vers son site sur des forums.
  10. Le client panique à propos d’un quelconque blogueur qui vient de publier un billet critique à son sujet. Il vous ordonne de le faire supprimer de quelque manière que ce soit. Et non, « c’est impossible » n’est pas une réponse valable.
  11. Le client vous affirme que leur nouveau site est totalement web 2.0. Il est entièrement fait en flash et sans aucun lien permanent.
  12. Le client vous bassine avec son tout nouveau blog. Et les commentaires ? Hors de question !
  13. « Je veux ça en première page sur Digg « Votre client a fait un remake de Léa Passion Mariage.
  14. Votre client vous demande de supprimer toutes les critiques à son propos propagées sur Wikipédia.
  15. Tous les tweets publiés sur le compte officiel de la société doivent être validés par la communication.
  16. Le client vous affirme qu’il est certain que le photoblog que vous lui avez fait est merveilleux. Malheureusement, la DSI bloque Flickr, et il ne peut pas y accéder.
  17. Le client refuse d’allouer un quelconque budget modération à son nouveau réseau social. Il est ensuite choqué que les utilisateurs viennent y publier des photos de bites mutilées.
  18. Le client a déjà dépensé plusieurs centaines de milliers d’euros sur Second Life.
  19. Le client veut que son site soit aussi populaire que… « vous savez là… Facebook »

Si ça vous a fait sourire, c’est probablement que vous avez êtes déjà tombé sur des cas similaires. Et pour cause, ils sont bien plus fréquents qu’on ne le pense, même après 5 ans de web 2.0, même à l’heure de l’explosion du web social en entreprise, la fameuse entreprise 2.0. Les symptômes sont presque toujours identiques :

  • Le besoin compulsif de contrôler l’information qui peut sortir de la société.
  • Le besoin compulsif de bloquer toute forme de critique au lieu de tenter de régler les problèmes là où ils apparaissent.
  • Le besoin de surfer sur les tendances à la mode, mais sans projet stratégique concret, pourtant indispensable pour tout projet social.

Et comme un coup de pub ne fait jamais de mal, si le sujet du collaboratif entreprise vous intéresse, je ne peux que vous recommander le blog de mon camarade pilier de bar collègue Bertrand Duperrin dont c’est justement le coeur de métier.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: