Il y a bien des années de cela, à la veille d’un examen particulièrement important, mon professeur de culture générale nous avait exhorté à des années lumières des poncifs que l’on nous servait régulièrement dans les autres matières sur l’excellence de notre formation, de la survie des meilleurs – que nous étions sensés être – grâce à la qualité du corps professoral, cela va sans dire.

Dans vos devoirs, ce qui compte vraiment, ce ne sont pas les belles citations, les raisonnements à tiroirs et l’étalage de vos connaissances qui n’impressionneront de toutes manières personne. Le plus important c’est la cohérence. Soyez cohérents d’un bout à l’autre de votre raisonnement. On pourra vous reprocher de vous tromper, on pourra ne pas être d’accord avec vos opinions, votre raisonnement et vos prises de position, mais on ne pourra jamais vous reprocher d’être cohérents.

Ne défendez pas noir dans un paragraphe et blanc dans le suivant en espérant vous en sortir avec une pirouette dans la conclusion pour vous attirer les grâces des correcteurs des deux camps. Ils connaissent le truc et vous saqueront pour avoir défendu le point de vue adverse au lieu de vous récompenser d’avoir soutenu le leur.

Rappelez-vous bien ceci : restez cohérents de la première à la dernière ligne de votre devoir, même si cela vous amène à affirmer en conclusion le contraire de ce que vous vouliez dire. Ce serait d’ailleurs la preuve que vous vous êtes fourvoyés quelque part.

L’autre jour, en travaillant sur la mise à niveau d’interfaces assez complexes dans les différents environnements d’une application, je me suis soudain rappelé de cette harangue. J’ai repris tous mes mockups et j’ai tout recommencé.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: