Aaron Swartz par Sage Ross

Je viens de passer le week-end à osciller entre tristesse, colère et consternation. Vendredi 11 janvier 2013, Aaron Swartz, 26 ans s’est suicidé dans son appartement de New York.

Vous n’avez probablement jamais entendu parler de lui, mais vous utilisez pourtant quotidiennement une technologie, un service, une licence qui porte sa patte, et si le Web reste aujourd’hui un espace de liberté, c’est un peu grace à lui.

À 14 ans, Aaron avait participé à la rédaction de la norme RSS 1.0. Il était un des cofondateurs de Reddit, société dont il a organisé son expulsion suite au rachat. Il avait fait partie de la première équipe de la future fondation Creative Commons, contribuait au W3C, avait lancé l’association qui a fit avorter SOPA / PIPA et à mille et un autre projets avec une insatiable soif d’apprendre et de donner.

Depuis 2011, Aaron était poursuivi par un grand jury fédéral américain pour avoir téléchargé des millions de documents scientifiques du JSTOR de manière quasi légale. Il avait caché un laptop dans un placard du MIT dont il était un habitué, s’était connecté sur le réseau traditionnellement ouvert et sans authentification et profité de l’accord entre l’université et le JSTOR pour faire son marché. Il avait simplement utilisé un script Python pour automatiser le téléchargement. Ni le JSTOR ni le MIT ne l’avaient poursuivi, mais le procureur fédéral l’avait fait de son propre chef, probablement pour toutes les fois où le FBI n’avait rien pu prouver contre lui dans sa lutte contre SOPA et PIPA.

Aaron risquait jusqu’à 35 ans de prison et 1 million de dollars d’amende. Se voir privé de sa liberté était probablement la pire chose qui pouvait lui arriver, et c’est probablement une des raisons qui l’ont poussé à se donner la mort, même si ce n’était probablement la seule.

Aaron était un génie comme on en rencontre peu dans une génération, un esprit libre, véritable citoyen de l’Internet, dans ce qu’il a d’esprit d’ouverture et de partage. Il était né dans un monde qui ne lui convenait pas, trop étroit pour lui et il avait eu l’intelligence, le charisme et le courage de vouloir le changer pour en faire un monde meilleur. Il avait bien commencé, peut-être y arrivera-t-il depuis l’au delà.

Vendredi, Aaron est mort. Le Web a perdu un de ses enfants prodiges, et c’est tout Internet qui pleure.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: