Path le chemin

Ciao Path, il est temps de nous dire au revoir. C’est souvent comme ça que ça se termine, autour d’un café dans un bar de quartier, ou sur l’oreiller juste après la fois de trop. Tu as beau être et rester l’application iPhone la plus immersive et offrant l’expérience utilisateur la plus intime, cette fois, c’est la fin et il n’y aura pas de retour.

Au début, entre nous, c’était l’amour fou. Je me jetais sur mon iPhone à chaque notification pour profiter des moments que mes amis venaient de partager, découvrir les chansons qu’ils venaient d’écouter, et mettre dans un coin de ma TODO les livres qu’ils venaient de lire. J’aimais partager avec toi les moments de joie familiale dont je ne voulais pas encombrer mon compte Twitter, la musique improbable que j’écoutais, et les lieux banals dans lesquels je me trouvais. Tu étais le compagnon idéal de mon existence numérique, au croisement de Twitter, Foursquare, et Facebook que je n’utilise plus depuis 5 ans autrement que pour une page blog sur laquelle je poste automatiquement et ne mets jamais les pieds.

Et puis, peu à peu, s’est installée entre nous cette routine qui touche tous les vieux couples trop fatigués pour faire l’effort de se redécouvrir chaque jour. Le temps a fait se craqueler ton vernis, et j’ai commencé à voir tous les défauts qui se cachaient sous les apparences, les rides que tu masquais sous un maquillage toujours parfait.

Je ne t’en veux pas d’avoir envoyé tout mon répertoire téléphonique à tes créateurs. Tu n’es certainement pas le premier à le faire dans mon dos, et quand on utilise une application gratuite, il y a toujours un prix à payer. Je suis juste un peu agacé que tu te sois fait chopper comme le dernier des débutants : pendant quelques jours, j’ai eu un peu honte d’apparaitre en public avec toi, comme si tu avais couché avec tous mes potes en nous promettant à chacun que nous étions le seul et l’unique, que tout le monde le savait, mais que la vie continuait comme d’habitude. Au moins, tu ne t’es pas barré avec ma carte bleue.

Plus que les grandes offenses, ce sont les petites choses du quotidien qui tuent une relation. Ce sont les petites choses du quotidien qui ont tué la nôtre. Tu ne trouvais jamais les morceaux que j’écoutais, ou, quand par bonheur, ça arrivait, c’était toujours avec une lenteur exaspérante et une intolérable approximation : pas le bon remix, pas la bonne version de l’album, pas la bonne année non plus… Pour les livres, c’était encore pire. Je ne sais pas où tu t’approvisionnes, et loin de moi l’idée de vouloir percer tes petits secrets, mais ton dealer et moi n’avons aucune compatibilité littéraire.

J’ai lentement glissé sur la longue pente de la désaffection, et tu n’as jamais rien fait pour me retenir. J’ai commencé à ignorer tes notifications : tu devenais trop intrusif à m’alerter pour un oui ou pour un non pour des choses qui m’intéressaient quinze jours plus tôt, et dont je n’avais finalement plus grand chose à faire à ce moment là. Tu as voulu blâmer mes amis, me faire culpabiliser en me faisant croire que je ne les aimais plus. C’est faux et tu le savais très bien, j’avais juste beaucoup trop de choses en tête pour supporter ton incessant babillage, et tu n’as jamais voulus le comprendre.

C’est peut-être ça le problème d’ailleurs : j’ai changé, et pas toi. Qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente, que je sois heureux ou malheureux, tu restais exactement le même, toujours d’une humeur égale. J’aurais aimé que tu évolues avec le temps. Tu es toujours resté une fonctionnalité de partage de moments trop limitée pour devenir un service avec une réelle valeur ajoutée. Ou peut-être est-ce simplement moi qui n’ai pas assez d’amis pour te trouver une réelle utilité ?

Tu peux me dire que ça va changer, que tu vas tout faire pour reconquérir mon coeur, ça fait longtemps que je ne t’écoute plus. D’ailleurs, ça fait plusieurs semaines que j’ai coupé tes notifications, je n’en pouvais plus de tes jérémiades. Aujourd’hui, je te désinstalle. Désolé, Path, c’est pas toi, c’est moi (enfin, presque).

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: