Big Moustache

Depuis bientôt quinze ans que ma femme me rase pour que je le sois au poil, force m’était de constater que j’avais échoué sur toute la ligne. Étant un barbu, un vrai, adepte de la ligne de commande et allergique au costume cravate, impossible d’envisager de me raser tous les jours. Tout comme il m’était impossible de retrouver ma peau de bébé malgré l’emploi de rasoirs 5 lames vibrants équipés d’une bande hydratante a l’aloe vera qui me coutaient chaque mois l’équivalent du PIB d’un pays du tiers monde.

Quand j’ai entendu parler pour la première fois de Big Moustache, j’ai eu envie à la fois de lui faire plaisir – ça ne coute rien – tout en contribuant à une petite startup française méritante.

L’offre

Big Moustache vend des lames de rasoir par abonnement. Déclinée en rasoirs 2, 3 ou 5 lames, à partir de 2€ et sans engagement de durée, l’offre est d’une simplicité que beaucoup d’e-commerçants devraient leur envier. Le premier rasoir est offert, tout comme les frais de port, et les tarifs sont légèrement en dessous des classiques de la grande distribution.

Positionnement

Côté positionnement, Big Moustache joue à fond la carte du hipster moustachu parisien. Le côté vintage est très présent sur le site, presque trop, et le packaging dans son enveloppe en fibres recyclé devrait satisfaire le plus extrémiste des bobos bio, mais jamais sans mon iPad s’il vous plait.

Côté packaging, le premier colis est livré avec trois lames (j’ai choisi le pack “Terminator” à 7€ par mois, moins cher que ce que je prenais avant), un autocollant Big Moustache (maintenant sur mon Mac), un tatouage temporaire, et une carte postale à timbrer et renvoyer à Procter et Gamble pour leur dire qu’entre Ginette et moi, c’est fini. Le côté provoc’ est facile, mais plutôt plaisant grâce à une bonne dose d’autodérision assumée.

Packaging Big Moustache

Trois jours après ma première commande (une minute montre en main si vous connaissez votre numéro de carte bleue), mes lames étaient arrivées à destination, prêtes pour un premier test grandeur nature.

Le test vérité

Ma femme s’est toujours plainte de ce que mes Gillette Fusion ne me donnaient pas la beau de bébé qu’elle escomptait, et, pire encore, que leur effet s’estompaient au bout de quelques heures. Quand je me suis abonné à Big Moustache, elle n’a pas caché une bonne dose de moquerie, entre un ça ne marchera jamais et un tu t’es encore fait avoir par un site Web à la con. Merci chérie.

J’ai effectué ce premier test dans des conditions d’une difficulté à faire pâlir une troupe de Navy Seals aguerrie : barbe d’une semaine, pas de douche pour détendre la peau, et plus d’eau chaude dans le cumulus, ce qui m’a obligé à me raser à l’eau tiède.

Le rasoir tient bien en main, et les lames sont franches et nettes : elles ne glissent pas aussi facilement sur le poil qu’une Gillette Fusion, mais on sent toute la qualité de l’acier allemand. Quand elles passent, les poils ne repoussent pas. Je n’ai pas cherché à faire compliqué : un passage aller pour virer les poils, un passage retour pour supprimer ce qu’il restait.

Pour rendre le test plus concluant, j’ai rasé ma joue gauche avec mon Terminator, et ma joue droite avec une lame Gillette Fusion neuve, avant de demander leur avis à ma femme et ma fille. La réaction a été unanime : je n’avais pas été aussi doux depuis le jour où ma mère avait cessé de me talquer les fesses, et la joue gauche était bien plus réussie que la droite.

Deux paramètres manquaient pour compléter ce test.

Le premier, c’était la durée de vie de la lame. Elle tient deux semaines sans problèmes et surtout sans s’émousser, contrairement à la concurrente dont la bande d’aloe vera ne ressemble plus à rien au bout de deux passages.

Le second, c’était la durée de vie du rasage. Avec mon ancien rasoir, pour avoir l’air vraiment net en allant dîner, j’étais obligé d’en remettre une couche. Là, je reste tout à fait présentable durant 36 heures – sauf si je suis invité à dîner chez la reine d’Angleterre, mais ça n’arrive jamais.

Conclusion

Depuis que je suis passé chez Big Moustache, je suis plus doux, plus beau, et ma femme a cessé de me raser et ne se moque plus de mes lubies du grand nain ternet. Le service est impeccable, les lames arrivent en temps et en heure et me durent tout le mois. Et en plus, c’est moins cher.

Bref, à tester absolument.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: