Google IO Jellybeans

Cet article est une traduction de Google and the Tech Cool, d’Arne Hulstein, un monsieur à lire et à suivre absolument tant il fait et écrit de trucs passionnants. Il retranscrit si bien ce que je ressentais hier soir après avoir suivi la keynote de Google I/O que j’aurais presque pu l’écrire, mais en moins bien.

Oui, j’ai regardé (une partie de) la keynote de Google I/O. Et j’ai adoré. Je possède un téléphone sous Android pour de nombreuses raisons, et Google I/O en fait partie. Je vais faire attention à ne pas écrire un autre article sur Apple VS Google, mais soyons honnête, cette fois, ils tiennent vraiment quelque chose.

Évitons tout de suite les malentendus quant à mon parti pris : je possède à la fois un smartphone sous Android, un MacBook, et un iPad. Oh, et j’ai également trois machines sous Windows. À quel point suis-je partial ? Je l’ignore. La dernière WWDC m’avait convaincu d’acheter un iPhone dès que la version 5 serait sortie. Aujourd’hui, je regarde la keynote de Google I/O et je veux continuer à utiliser un Nexus. Pour quelle raison ? Pas pour le téléphone, mais pour tout son écosystème.

De mon point de vue, Google et Apple sont deux sociétés fondamentalement différentes. Si vous achetez un Mac, vous êtes assuré d’avoir un produit de grande qualité. Il fonctionnera parfaitement et sans accrocs durant les années à venir. Apple devient de plus en plus une “ceinture de sécurité”, ce qu’il faut avoir parce que leurs terminaux vont booster votre productivité. Tout ce que vous utilisez est parfaitement intégré, et les nouvelles fonctionnalités sont suffisamment cool pour vous donner envie de passer à la version suivante de leurs produits.

Et là, Sergei Brin arrive sur scène, pour mettre un bronx pas possible dans une présentation de Google+ tout à fait banale en demandant à 4 personnes de sauter d’un zeppelin stationnant 1800 mètres au dessus du centre de conférences pour se faire apporter des lunettes Google, le tout retransmit sur Google Hangout, avec des acrobates à vélo de folie, et des alpinistes descendant en rappel le long du bâtiment, tout ça en direct. Ça aurait pu très mal tourner, mais ils l’ont fait. Pourquoi ? Parce qu’ils kiffent, grave.

Google I/O n’est pas aussi lisse que la WWDC d’Apple. Pour être honnête, les deux personnes présentant les lunettes Google en arrière plan n’auraient jamais du être sur scène, ne serait-ce que parce qu’elles n’étaient pas de très bons présentateurs. Mais, contrairement à Apple, Google supporte ce genre de choses : vous voyez les gens qui sont derrière, vous voyez que parfois, certaines choses ne vont pas comme ils l’avaient prévu, et le monde entier peut le voir également. C’est ça qui m’attire dans les produits Google : ils vous montrent ce qu’il y a derrière, et ils n’ont pas peur de vous laisser mettre les mains dans le cambouis.

Est-ce que mon Nexus S est parfait ? Non. Il est même loin de l’être. Après un an passé à l’utiliser, je sens vraiment que je devrais passer au modèle suivant. Déjà, il a planté bien plus souvent que mon iPhone. Mais, pour les mêmes raisons, j’entretiens avec lui une relation d’amour et de haine partagés. Quand Google a sorti Ice Cream Sandwich, il s’est installé automatiquement sur mon téléphone. Il m’a fait ressentir partie intégrante de ce progrès en marche, que la technologie était cool. Je n’arrive pas vraiment à mettre le doigt dessus, mais c’est ça.

Bien joué Google. Bien joué d’avoir pris le risque de faire tout ça. Bien joué d’avoir été aussi loin. J’aurais adoré être au Moscone Center aujourd’hui, ne serait-ce que pour avoir un Galaxy Nexus, un Nexus Q, une tablette Nexus 7 et la beta de Jelly Bean, tout ça gratuitement.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: