Avez-vous remarqué que personne ne parle de sa pratique sportive sur les réseaux sociaux ? Cela fait même partie des nombreuses listes des sujets à proscrire sur Twitter ou Facebook par les “gourous” du sujet, à égalité avec vos pannes sexuelles et vos reflux gastriques. Allez voir la page Runkeeper de Loïc LeMeur, les seuls “like” sont sur ses ajouts d’amis, et surtout sur ses marathons qui qui recueillent la très grande majorité des suffrages. Ce n’est pas vraiment un hasard.

Les réseaux sociaux, Twitter et Facebook en tête, ont modifié notre être au monde. La très grande majorité d’entre nous possédons des profils publics, et nous avons très largement élargi notre cercle social au point que l’on s’est longtemps demandé quelle était la limite entre un usage “sain” et de l’exhibitionisme. Parce que nous avons beaucoup plus de témoins, nous apprenons à modifier notre comportement pour ne plus montrer que le meilleur de nous-mêmes, et nous en attendons de même de notre cercle social élargi. En définitive, tout le monde veut que vous soyez un super héros, mais personne ne veut savoir ce que vous faites pour y arriver. La pratique sportive quotidienne en fait partie : elle n’est pas sexy, pas vendeuse, sent la transpiration, et cela n’intéresse personne, parce que personne ne veut avoir des gens qui transpirent et sentent mauvais dans leur entourage.

Le phénomène ne s’est pas produit lors de la “grande époque” des blogs, où certains des plus connus étalaient leurs maux quotidiens à longueur de billets, parce qu’ils étaient nombreux à écrire dans un certain anonymat que permettent beaucoup moins les réseaux sociaux, Facebook en tête. Facebook a profondément changé notre rapport à Internet. Ce sont les mécanismes mêmes de la relation sociale qui forcent ses utilisateurs à sortir de l’anonymat : pour la première fois, non seulement on affiche volontairement sa véritable identité, mais également l’ensemble de ses relations. Sur Internet, il devient de plus en plus difficile de cacher que vous êtes un chien.

La souffrance du marathon

À contrario, le marathon, essence même de la performance sportive déchaîne l’admiration. L’exploit sportif entraine un phénomène non plus d’identification, mais d’appropriation bien connu des sociologues du sport spectacle : quand un de vos contacts dans les réseaux sociaux accomplit un exploit, une part de sa victoire rejaillit sur vous. Il y a une pipolisation de la vie quotidienne. Tout le monde veut voir des héros sur sa timeline, et pour ça, tout le monde doit devenir un héros, ou à minima tendre vers la perfection en lissant toutes les aspérités de l’existence et la normalité.

Roger, ce héros

Il en est de même avec l’entrepreneuriat et les startups d’ailleurs. Personne ne veut savoir combien vous en avez bavé pendant votre phase de bootstraping, pendant combien de temps vous avez mangé des pates aux nouilles, ou si vous vous êtes planté, et comment. Les gens veulent entendre parler des millions de votre levée de fonds, de votre succès planétaire du jour au lendemain, et ce même s’il vous a fallu des années pour y parvenir.

Pour autant, on entend souvent parler de la nécessité d’être authentique sur les réseaux sociaux. C’est vrai, mais authentique ne signifie pas pour autant normal, puisque normalité est devenu banalité.

La tendance pourrait pourtant changer, en démontre le succès de Path qui va bien au delà de la réussite de l’application pour mobile. Le concept même de Path renverse les paradigmes établis par Facebook et Twitter – dont les principes acceptent l’anonymat – d’exposition au plus grand nombre. Path qui se définit comme le journal intelligent qui vous aide à partager votre existence avec ceux que vous aimez reprend à son compte l’adage pour vivre heureux, vivons cachés. En vous faisant publier les choses d’abord pour vous, et ensuite pour des cercles plus ou moins restreint, ce service pourrait bien réconcilier authenticité et normalité.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: