Il existe à mon sens deux exercices particulièrement dangereux lors d’un entretien d’embauche qui peuvent, pour peu que la réponse ne convienne pas au recruteur, ternir à jamais les chances d’un candidat pourtant prometteur : quels sont vos principaux atouts et vos principaux défauts ? et pourquoi voulez vous quitter votre entreprise actuelle ?. J’ai tendance à les préparer soigneusement avant tout entretien. Y répondre permet non seulement de faire un vrai travail sur soi et de connaître ses véritables motivations du moment, ses limites, et d’une manière plus globale, le regard que l’on porte sur soi-même, mais encore de réussir – ou non – un véritable exercice de franchise vis à vis de celui qui pourrait bien être votre futur employeur. Deux excellentes raisons de ne pas se tromper, donc.

Quels sont vos principaux atouts et vos principaux défauts ?
Quelles que soient les réponses données, il faut à tout prix éviter l’écueil de la facilité : répondre en fonction du poste désiré mais en totale contradiction avec le profil présenté depuis le début de l’entretien.

Je me rappelle de ce candidat que j’avais reçu afin de le placer sur un projet politiquement délicat chez un de nos clients. Difficile le croire calme, posé et discret quand le débit de sa voix le rendait presque incompréhensible, qu’on voyait ses mains trembler sous la table et qu’il portait une cravate vert fluo sur une chemise noire. D’autant plus qu’il s’était montré incapable par la suite de se trouver un quelconque défaut.

J’ai fait un gros travail sur moi-même il y a un peu plus d’un an, à la suite d’un entretien qui, s’il avait été concluant, m’avait montré mes limites dans un tel exercice, afin de trouver les points qui me décrivent véritablement. Après tout, les personnes assises en face de moi risquent fort de devoir me supporter au quotidien, inutile de leur mentir, elles le verraient bien assez tôt. Non seulement cela m’a été très profitable puisque je n’ai plus besoin de répondre au hasard, mais en plus, je peux désormais travailler en profondeur sur ce qui ne va pas. Autant dire que ce retour sur soi ne se fait pas tout seul, puisque, comme le disaient si bien Spinoza et Comte, “on ne peut pas se mettre à la fenêtre pour se regarder passer dans la rue”.

Pourquoi voulez vous quitter votre entreprise actuelle ?
Là réside la partie la plus périlleuse de l’exercice de franchise, et il vaut mieux être un peu trop franc que pas assez, sous peine de paraître suspect, même s’il faut aussi savoir y mettre les formes.

J’ai eu l’occasion d’entendre un candidat il y a un moment de cela, qui s’était trouvé dans l’incapacité de me dire pourquoi il désirait changer de société, et dont la gêne évidente m’avait mis la puce à l’oreille au point que de me faire approfondir les recherches d’usage. Contrairement à ce qu’il avait voulu me faire croire, il n’était plus dans sa société dont il s’était fait renvoyer deux mois plus tôt après un flagrant délit de vol de matériel.

J’essaie dans la mesure du possible de ne pas dire de mal de la société pour laquelle je travaille (pas l’actuelle hein, mais d’une manière générale) quand j’explique pourquoi je veux aller voir ailleurs si l’herbe y est plus verte et le café plus sucré. Je cherche donc à formuler les raisons en partant non pas de ce que je lui reproche, mais plutôt de ce que je cherche. Les limites de l’employeur ou de la mission en cours viennent alors naturellement, et on passe pour quelqu’un à la fois de plus diplomate, et de beaucoup plus positif.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: