Dimanche dernier, s’éteignait dans la discrétion d’un appartement parisien Jacques Capelovici, éminent linguiste français plus familièrement connu sous le pseudonyme de Maître Capello. Découvert au hasard d’un sketch de Desproges, l’homme est en partie responsable de mon amour immodéré pour la langue française et le subjonctif imparfait, lesquels meurent aujourd’hui sous les coups de poignards de notre président de la République, sacrifiés sur l’autel de l’ignorance et de la médiocrité après une longue agonie sur les bancs de l’école éponyme, depuis longtemps désertée par ces instituteurs en blouse grises d’autrefois qui embrassaient la carrière pour le seul amour de transmettre la connaissance.

Mon épouse me demandait ainsi de ne pas utiliser le mot préliminaire en présence des enfants à cause de sa connotation hautement sexuelle. Derrière cette louable intention se dissimulait l’oubli du sens premier du terme : qui précède et prépare. L’avant propos est ainsi préliminaire, l’introduction, elle, est dite liminaire, c’est à dire au début.

Le temps qui m’est imparti touchant à sa femme, je vous quitterai sur cette fulgurante constatation : quelles que soient les circonstances, le préliminaire précède toujours l’introduction. L’honneur est donc sauf.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: