Pas trop de news ces derniers temps malgré une actualité chargée, et pour cause, mon emploi du temps a connu quelque chamboulements : après quatre ans et demi chez blueKiwi Software, j’ai décidé d’accepter la proposition qui m’a été faite de rejoindre les équipes de Microsoft afin de travailler sur leur offre Sharepoint dans le cloud. C’est donc une nouvelle aventure qui s’annonce, et je suis impatient de commencer.

Il est frais mon poisson

Pourquoi Sharepoint ?

En quatre ans et demi chez blueKiwi Software, il m’aurait été difficile, pour ne pas dire impossible de passer à côté de l’importance qu’ont pris les RSE tant dans la mutation de la gouvernance des entreprises que de l’intégration de la génération Y dans un monde du travail marqué par l’aplanissement des paradigmes hérarchiques et la mise en réseau globale de leur environnement.

Ce nouveau projet est donc pour moi l’occasion de poursuivre dans cette voie ô combien passionnante qui est de fournir des outils et des solutions à une révolution du travail comme on n’en a pas vu depuis la seconde révolution industrielle.

De l’admin Windows, mer il et fou !

Évidemment, tout cela passe par l’administration de plates-formes sous Windows Server. Pour être honnête, l’administration Windows n’a pas été ma matière de prédilection, loin s’en faut, mais les solutions ont évolué, et moi aussi.

Le passage sous Mac OS X en 2006 a été un premier pas, avec la prise de conscience de l’importance de disposer d’interfaces graphiques efficaces afin d’optimiser le travail. Le terminal, ça va bien un moment, mais c’est à la fois trop spartiate et trop souvent à l’origine d’erreurs. Une interface graphique aux choix limités permet d’optimiser largement le travail tout en diminuant le risque d’erreurs.

Quant aux trolleurs qui se lancent dans de longues diatribes sur la soi disant supériorité de Linux (ou BSD) en matière de sécurité ou de stabilité, ils n’ont probablement jamais approché une machine sous Windows de leur existence. Je ne connais pas plus robuste et efficace qu’un Active Directory, mais je m’arrête sur le sujet, le but de ce billet n’est pas de troller gratuitement.

Et le libre dans tout ça ?

C’est une bonne question. J’ai été un fervent militant du logiciel libre depuis 1996, et c’est une cause qui me tient toujours à coeur. Mais la liberté ça va bien jusqu’au moment où il faut payer le loyer.

Je crois que le fait d’avoir une famille de trois enfants à nourrir m’a forcé à un certain pragmatisme : ce n’est pas en faisant du logiciel libre que vous allez gagner de l’argent, il suffit de voir des exemples comme Microsoft, évidemment, Apple, Oracle ou SAP. Vient un moment où il faut décider si on a envie de travailler pour gagner de l’argent ou si on veut ressembler à un clochard doublé d’un étudiant attardé toute son existence. J’ai choisi même si l’idée de porter à nouveau une cravatte ne m’enchante guère.

Cela dit, ce n’est pas tant l’argent qui m’a peu à peu éloigné du libre, mais le sectarisme outrancier (et trollifère) de ses acteurs. J’en avais marre de cette agressivité déjà ressentie en tant qu’utilisateur de produits Apple. Les méthodes d’évangélisation utilisées par les chantres du libre sont à la fois inefficaces et désagréables, et me font furieusement penser à celles utilisées dans certaines sectes. Les méthodologies anglo-saxonnes utilisées par les protestants sont de ce point de vue beaucoup plus efficaces.

Mais je vous laisse, j’ai quelques années de sommeil à rattrapper.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: