Mashable France fait partie de ces nombreux blogs “web 2.0”, que je ne suis qu’à grand coup de “n” dans mon Google Reader, parce qu’ils me permettent de suivre la tendance du web rien qu’en lisant le titre de leurs billets, tout en m’assurant que je ne manquerai pas LE billet sur 1000 qui vaut de l’or. C’est le cas ce soir, et je ne peux que vous recommander de lire du bon usage de Facebook en entreprise qui vient d’égayer mon week-end par ailleurs passablement pourri.

A la question : “Facebook, quelle utilité pour l’entreprise ?”

Je répondrais d’abord par les deux points suivants :

  1. Facebook sert à que dalle en général (à moins que vous considériez que balourder 187 fois l’appli “Kick my ass” soit critique pour le devenir de l’humanité) alors pourquoi voulez-vous qu’il serve à quelque chose en entreprise ?
  2. L’entreprise ne sert pas à grand chose non plus, ce n’est qu’un concept creux qui permet d’occuper les gens en attendant la mort, donc franchement qu’est ce qu’on s’en cogne ?

Maintenant qu’on a bien établi les bases de mon raisonnement, on peut s’attaquer au vrai noeud du problème :

Comment l’entreprise peut-elle utiliser Facebook pour occuper ses salariés et les empêcher de gamberger au fait qu’ils triment comme des bœufs pendant que les actionnaires engraissent ? Comment se servir des rezo sociaux web, des applis communautaires 2.0 pour s’acheter la paix sociale (et virer du même coup tous ces syndicats qui pompent vraiment trop) ?

Pour finir, si j’étais mauvaise langue, je ferai un rapprochement entre la qualité du billet et le fait qu’il ait été écrit par un invité… Quant à moi, je vous laisse, il faut que je finisse une série d’articles sur les apports de Myspace au business des éleveurs de mouflons moldaves.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: