Bataille d'egos

Product driven company, data driven company, client driven company, user driven company, sales driven company… depuis le jour où j’ai posé le pied dans l’univers des startups, je pense avoir entendu tout et surtout n’importe quoi pour définir les entreprises.

Il y a beaucoup de bullshit là dedans. Un gros problème aussi.

Sans produit, les commerciaux et le marketing n’ont rien à vendre. Sans données pour comprendre ce qui lui arrive, l’entreprise navigue à vue jusqu’au moment où elle heurte un iceberg. Sans clients pour la faire vivre, l’entreprise meurt le jour où elle finit de brûler l’argent de ses investisseurs. Sans utilisateurs à écouter elle ne peut pas améliorer son produit. Et sans force de vente ni marketing, ou, pour faire moderne, sans growth hacking pas d’utilisateurs, pas de clients, et pas d’argent…

Tous ces éléments sont d’égale importance.

Le problème ? C’est juste une bataille d’ego. Celui qui met le nom de son département sur la définition de l’entreprise gagne au jeu de celui qui a la plus grosse, mais lors du décompte des points c’est toute l’entreprise qui perd.

Une startup, c’est une course pour survivre dans laquelle il n’y a pas de place pour les guerres d’ego. Il y a déjà assez de choses à faire, non ?

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: