J’étais vendredi soir, la semaine dernière, il y a trois semaines, c’est fou comme je n’ai pas le temps d’écrire en ce moment, à l’exposition Giacometti et les Etrusques, à la Pinacothèque de Paris. Si je ne suis pas fan du maître des bronzes filiformes – un type qui griffonne sur ses livres, ça me donne envie de hurler – elle fut pour moi l’occasion de découvrir un peuple méconnu en France, et d’avoir un rappel à l’ordre historique d’un fondamental qu’on a trop tendance à oublier.

Si vous vous contentez de reproduire ou d’assimiler l’existant, vous êtes condamné à être détruit ou assimilé.

J’ai été à Chypre, j’ai visité la Crète, j’ai parcouru maintes et maintes fois dans tous les sens les allées du département des Antiquités grecques et romaines du Louvre, et je n’ai pas été le moins du monde dépaysé par ce que j’ai vu à cette exposition. Les étrusques étaient un peuple de commerçants, et de grands marins ; ils ont réussi à placer deux des leurs sur le trône de Rome à l’époque de la royauté mais ils n’ont jamais eu d’art à proprement parler. Ils se sont contenter d’assimiler – certains diraient piller – à l’identique les créations de leurs voisins. Pire, les copies circulaient et étaient reproduites sur des durées extrêmement longues.

On peut y voir une des causes du manque d’unité politique entre les cités étrusques, et de là, leur conquête et assimilation par l’empire romain. Il est difficile d’assurer la cohésion d’un peuple qui ne crée pas, et par là ne se crée pas d’identité tangible.

Ça m’a rappelé des histoires de startups.

Tout le monde peut copier les idées de la startup voisine, intégrer des schémas d’interfaces devenus de facto des standards, ou reproduire des fonctionnalités à l’identique. Si c’est bien fait, les chances de levée de fonds ou de rachat par un concurrent plus gros augmentent de manière significative, pour les autres, c’est la clé sous la porte à plus ou moins long terme. Mais que ce soit la faillite ou le rachat, le résultat est le même : vous êtes condamné à disparaitre (et la levée de fonds ne fait qu’augmenter votre espérance de vie).

Quand j’ai commencé à écrire cet article, j’avais été frappé par un chiffre qui venait de tomber : 33% des clones de Groupon avaient été racheté ou fait faillite. Une sur trois. J’avais rencontré quelques jours avant à un apéro le créateur d’une startup – impossible de me rappeler laquelle – qu’il présentait comme le Groupon de l’automobile. N’étant pas d’humeur à troller, je ne lui ai pas demandé si en passant par lui j’aurais 70% de réduction sur ma future RX8, mais j’avais un peu de mal à voir comment il allait se démarquer des concurrents généralistes (comme Groupon), ou spécialisés comme Auto Réduc. Copier n’est pas mauvais, tout le monde le fait, encore faut-il pouvoir se réinventer.

Giacometti

Photo Vanz, sous licence Creative Commons BY SA.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: