Après m’être jeté sur Chrome, le navigateur lancé par Google sur une base de Webkit comme la misère sur le pauvre monde, il me fallait, dans ce soucis d’exhaustivité, d’impartialité et d’absence totale de parti pris qui me caractérise, terminer mon test d’Internet Explorer 8 bêta 2. D’abord parce que je l’avais promis à Christophe Lauer, et qu’il attend ce test avec impatience, ensuite parce qu’IE8 est à termes supposé remplacer définitivement cette saloperie d’Internet Explorer 6 qui n’aurait clairement jamais du exister. Tout cela sans parti pris et dans une parfaite objectivité impartiale évidemment.

Première source d’énervement, il ne tourne évidemment que sous Windows. J’avais déjà reproché ce fait à Chrome, avec lequel je ne ferai pas de comparaison, pas plus d’ailleurs que je n’en ferai avec Firefox, Opéra, ou Safari jusqu’à la conclusion de ce test. Mon but est de tester Internet Explorer 8, et lui seul, son expérience de navigation, sa stabilité et les fonctionnalités apportées par cette version majeure. Mêmes causes, mêmes effets, j’installe une machine virtuelle Windows XP, sous Parallels, à laquelle j’alloue 512Mo de RAM. Le test peut maintenant commencer.

L’installation

J’avoue avoir toujours autant de mal à concevoir qu’il me faille redémarrer ma machine pour mettre mon navigateur à jour. Est-ce que dois changer de voiture pour y poser un volant sport avec moumoute intégrée ? Non. D’ailleurs ça ne me viendrait jamais à l’idée de mettre un volant à moumoute sur ma voiture, donc la question ne se pose même pas.

Microsoft me propose de télécharger Internet Explorer 8 en anglais, allemand, japonais ou chinois simplifié. Disposant d’une version de Windows XP en français, cette étape suplémentaire ne me gène pas outre mesure, bien que j’aurais préféré qu’il choisisse en fonction de mes en-têtes HTTP accept-language.

Le formulaire de téléchargement proprement dit est une catastrophe. Non content de me proposer de changer ma langue de téléchargement – ce qui, en rajoutant un menu déroulant pour choisir son système d’exploitation ou un peu de détection permettrait de supprimer une étape dans le processus, le bouton télécharger se cache à gauche au dessus du formulaire. Il m’a fallu parcourir deux fois la page avant de le remarquer. La vitesse de téléchargement n’est pas exceptionnelle – 115ko par seconde – mais ma connexion est peut-être en cause. Windows XP me sort une alerte de sécurité, ce qui, tendrait à prouver que Microsoft n’a même pas confiance en ses propres produits, mais trêve de troll, on va encore m’accuser de parti pris.

Installation d'Internet Explorer 8

Le processus d’installation se lance relativement rapidement, et Microsoft me propose de participer à l’amélioration de son produit. Il est dommage que l’écran mélange ce formulaire et deux informations capitales : je dois sauvegarder mes fichiers car Internet Explorer 8 va modifier pas mal de choses, et ma machine virtuelle va devoir redémarrer après installation.

Installation d'Internet Explorer 8

J’accepte de participer au programme, tout comme j’accepte leur EULA et l’installation des mises à jour Microsoft, notamment leur nouvel anti malware. Après 3 écrans, l’installation proprement dite peut enfin commencer.

Installation d'Internet Explorer 8

Au passage, l’échec sur la vérification de la présence de malware sur une machine fraîchement installée et qui n’est allée pour l’instant que sur Live Search et le site de Mcrosoft a de quoi m’inquiéter, d’autant qu’aucun message ne vient l’expliciter. L’installer m’invite à redémarrer ma machine, ce que j’accepte.

Après un rapide redémarrage, je peux enfin commencer à tester la bête.

Au premier lancement, Internet Explorer 8 me propose d’activer les fonctionnalités de suggestion des sites voisins de ceux que j’ai déjà visité. Soit, il faudra que je teste cela sur des sites pornographiques fétichistes bien tordus genre zombies et cafards pour voir si ça marche vraiment.

Installation d'Internet Explorer 8

Dernier écran, je suis invité à choisir mes options de configuration, entre une configuration par défaut basée à 100% sur les services Microsoft (Live Search, Encarta, Live Maps, Live Mail…), et une configuration avancée. Je choisis la seconde option, afin de voir à quoi ressemble leur panneau de configuration pour power users.

Installation d'Internet Explorer 8

Pas de panneau de configuration en tant que tel, mais une série d’écrans de questions. Et là, c’est le drame absolu… Pour chaque option, Internet Explorer 8 me propose 3 options :

  1. Conserver la configuration par défaut.
  2. Désactiver la fonctionnalité (pas partout).
  3. Me rendre sur une page web après la finalisation de la configuration à partir de laquelle on me proposera des alternatives à l’option par défaut.

Installation d'Internet Explorer 8

À ce niveau de foutage de gueule, je suis à deux doigts de couper ma machine virtuelle et d’arrêter purement et simplement le test. J’aimerais qu’on m’explique. Ou ils ont clairement un déficit d’utilisation sur leurs services web qui les oblige à tout faire pour empêcher leurs utilisateurs de surfer ailleurs, ou ils font concevoir leurs applications par des enfants de 5 ans. Je commence à comprendre pourquoi ils ont cherché à racheter Yahoo! à tout prix, ou presque.

Résultat ? Je clique sur back, et choisis les options par défaut. Je vais enfin pouvoir commencer à naviguer un peu.

Première batterie de tests

Je commençais ce test avec un esprit relativement impartial, je suis maintenant franchement énervé.

Comme à chaque fois que je teste un nouveau navigateur, je commence par me rendre sur mon propre site afin d’en voir le rendu. Le test est concluant, je n’aurai pas à refaire entièrement ma feuille de style. Seul mon bloc “à propos” manque à l’appel, il a tout simplement disparu. Curieux, d’autant que le footer est bon, lui.

Installation d'Internet Explorer 8

Le système anti phishing fonctionne bien, et me permet en plus de savoir immédiatement où je me promène, c’est plutôt agréable quand on visite des sites aux URL interminables.

Installation d'Internet Explorer 8

J’ouvre un second onglet, direction Google Reader. Le rendu des polices et des couleurs me semble un peu fade, par rapport à “d’habitude”, au point que j’ouvre un safari pour comparer.

Installation d'Internet Explorer 8

Le rendu sous Internet Explorer 8.

Installation d'Internet Explorer 8

Le rendu sous Safari 3.1.

La mise en page des pieds de billets est visiblement cassée, ce qui s’avère gênant quand on veut en afficher un maximum à l’écran, première fois que je vois le style d’une application Google cassé quelque part.

Je me rends maintenant sur blueKiwi, qui passe plutôt bien à deux pétouilles près. Bravo Jocelyne et Laurent. Là où les choses se gâtent, c’est côté ressources, et les 512MO de ma machine virtuelle commencent à souffrir violemment, alors même que je n’ai que 3 onglets d’ouverts, et pas encore commencé à jouer avec les effets Javascript de blueKiwi. Il est maintenant temps de tester une application particulièrement gourmande, en l’occurrence une bonne grosse feuille Google Spreadsheet. Les performances s’affolent, mon CPU monte à 100%, mais la navigation reste fluide et Internet Explorer 8 utilisable.

Utilisabilité

Une fois cette première expérience de navigation terminée, je peux enfin passer à l’egonomie d’Internet Explorer 8. Et là, il y a du bon, et du beaucoup moins bon. Je ne reviendrai pas sur le processus d’installation, je pense en avoir assez dit.

Les zones de saisie

Les zones de saisie n’ont pas changé depuis Internet Explorer 7, et je n’arrive pas à m’y faire. Tous les logiciels Microsoft ont leur menu tout en haut de la page. Alors donnez-moi une seule bonne raison pour l’avoir mis en dessous de la barre de saisie. C’est aberrant.

Installation d'Internet Explorer 8

Je sais bien que cela donne plus d’importance à la barre de recherche et la barre d’URL, mais à quel prix…

Saisie d’URL

La barre de saisie d’URL est réduite à sa plus simple expression. Des URL, et uniquement des URL. Pas de recherche dans l’historique des pages, pas de proposition de recherche, alors même que cette option existait par défaut sous Internet Explorer 6. C’est bien dommage.

Installation d'Internet Explorer 8

Les onglet

Pas grand chose à dire sur le fenêtrage par onglets. Les raccourcis clavier habituels sont présents, ctrl+t pour ouvrir un nouvel onglet, ctrl+1-0 pour changer d’onglet. Le bouton d’ajout d’un nouvel onglet est un peu déroutant puisqu’il faut le survoler pour comprendre ce qu’il fait, l’icône étant cachée par défaut. Au passage, il faudrait que les gens cessent d’utiliser la symbolique d’une feuille blanche pour indiquer un nouveau [mettre un truc ici]. Ce qui est parfaitement valable pour un document vierge dans un traitement de textes ne l’est pas partout. En revanche, ouvrir un nouvel onglet repasse systématiquement mon clavier en français, alors que je l’ai mis en anglais au démarrage.

Installation d'Internet Explorer 8

La gestion visuelle des onglets

Internet Explorer 8 offre une gestion visuelle des onglets, qui permet de navigue par aperçu. Le focus sur les vignettes se fait avec les flèches du clavier, et celles-ci sont suffisamment grosses pour être reconnaissables immédiatement. L’idée n’est pas mauvaise pour les gros surfers, tant 15 ou 20 onglets ouverts simultanément deviennent vite ingérables. À condition d’avoir la RAM et le CPU qui vont avec, évidemment ; une douzaine d’onglets ouverts sur des sites normalement gourmands m’ont forcé à redémarrer ma machine virtuelle.

Un regret cependant, cette fenêtre de navigation, qui vient s’intercaler comme un véritable onglet, n’est pas accessible directement au clavier. Ou alors je n’ai pas trouvé comment.

Installation d'Internet Explorer 8

La barre d’accès rapide

La barre d’accès rapide propose tout un tas de fonctionnalités très pratiques, en fonction de la page visitée :

  • Retour à la home et paramétrage.
  • Détection des flux RSS et notification selon qu’on y est abonné ou non.
  • Envoyer par mail.
  • Imprimer.
  • Un menu déroulant “Page”, que nous verrons plus loin.
  • Un menu déroulant “Sécurité”, que nous verrons plus loin également.
  • Un menu déroulant “Outils”, pour lequel s’applique également une étude plus approfondie.
  • Un menu déroulant d’aide.
  • Un accès direct à MSN

Installation d'Internet Explorer 8

Je suis partagé sur cette barre d’accès. D’un côté, je la trouve très pratique, le rubriquage est intelligent, même s’il risque d’intimider Madame Michu. D’un autre côté, je le trouve peu pratique, fouillis et pour tout dire relativement mal foutu.

Question d’habitude, peut être, mais je m’attends à voir apparaître le logo RSS à droite de la barre de saisie des URL, juste à côté de la barre de recherche.

Tous les menus de l’application, la gestion des onglets et les favoris sont à gauche. Qu’est-ce que cette barre là vient faire à droite ? D’autant qu’elle bloque l’expansion des onglets, sur un écran en 1024*768 ça devient très rapidement ingérable. Je sais que 65% des gens étant droitiers, placer ce menu à droite a du sens, mais sur l’écran en 1440px de large de mon Macbook Pro, ça m’oblige à des aller retours infernaux.

Quant aux menus déroulants eux-même, ils sont beaucoup trop longs et le nombre d’options est beaucoup trop important pour être vraiment utilisables. Ce qui est dommage, car certaines d’entre elles sont vraiment utiles.

Le menu Page

J’avoue avoir eu peur de cliquer sur ce bouton “Page”, tant j’ai craint que mon navigateur se plante. Bon, OK, non en fait, mais il y avait un jeu de mots stupide à faire, je ne pouvais pas le rater. Page et Plant, pour ceux qui n’ont pas compris.

Installation d'Internet Explorer 8

La principale raison d’être du menu Page est de donner accès à ce qu’Internet Explorer 8 appelle les Accélérateurs. Ce sont des raccourcis vers des services web et applicatifs, par défaut ceux de Microsoft, évidemment.

On y trouve notamment :

  • Bloguer cette page avec Live Space.
  • L’envoyer par email avec Live Mail.
  • Traduire la page avec Windows Live.
  • Enregistrer sous…
  • Activer le mode Compatibility view

Vous pouvez également activer ces fonctionnalités d’un clic droit sur des parties de page, ce qui s’avère assez pratique. Malheureusement, ce menu est – une fois de plus – un peu bordélique, et mélange des fonctionnalités destinées à l’utilisateur standard à des fonctionnalités destinées à un public jeune ou de power users. J’ai bien peur que madame Michu se sente un peu perdue dans tout ça.

Le menu Sécurité

Ce dernier tient plus de la protection de la vie privée que d’une véritable sécurité. Il mérite que l’on s’y arrête pour une fonctionnalité en particulier : In Private Browsing.

Installation d'Internet Explorer 8

Je considère personnellement ces fonctionnalités comme de la publicité mensongère, quel que soit le navigateur qui l’implémente par ailleurs. L’anonymat y est tout relatif, et le seul avantage sera d’éviter à votre petite amie de s’apercevoir que vous allez sur des sites de furries. En aucun cas elles ne vous empêcheront d’être loggué sur le proxy de votre société, ou vos traces d’être enregistrées sur les serveurs des sites que vous visitez.

Le message affiché à l’activation de ce mode est d’ailleurs assez éloquent, mais personne ne lit les messages envoyés par les logiciels.

InPrivate Browsing prevents Internet Explorer from storing data about your browsing session. This includes cookies, temporary Internet files, history, and other data.

InPrivate Blocking helps prevent the websites you go to from automatically sharing details about your visit with other websites. To help protect your privacy, some website content might be blocked.

To turn off InPrivate, close this browser window.

Et qui plus est, la fonctionnalité ne marche que dans la fenêtre en cours, ce qui est un peu bête (en cours).

Le menu déroulant Tools

Le menu déroulant Tools de droite n’est pas le même que le menu déroulant Tools du menu supérieur, qui reprend plusieurs éléments des deux menus déroulants sus cités. Merci pour la clarté, je vois d’ici le sketch avec les hotlines des fournisseurs d’accès…

Installation d'Internet Explorer 8

Il permet en vrac de :

  • Reprendre la dernière session de travail, pratique après un plantage.
  • Gérer le blocage des pop-ups.
  • Gérer les extensions.
  • Travailler hors connexion.
  • Passer en mode compatibility view.
  • Passer en plein écran.
  • Gérer l’affichage des barres d’outils.
  • Afficher les barres d’exploration.
  • Lancer les outils pour développeur.
  • Activer ou désactiver la suggestion des sites.
  • Lancer Windows Messenger.
  • Ouvrir la fenêtre de configuration d’Internet Explorer 8.

Je n’aime pas du tout ce menu, pour une raison toute simple : c’est – une fois de plus – un bordel sans nom, mélangeant fonctionnalités, accès rapides et options de configuration. Il aurait été beaucoup plus intelligent – à mon avis – de réduire ce menu Tools aux seuls outils proprement dits, et de déplacer la configuration dans un menu à part.

Les outils pour développeurs

Internet Explorer 8 propose maintenant des outils à destination des développeurs web, dont le très très attendu debugger Javascript. Ils incluent une bonne partie des fonctionnalités des extensions Firefox Web Developper Toolbar et de Firebug, sans malheureusement aller aussi loin.

Installation d'Internet Explorer 8

Malheureusement, une fois de plus, c’est un bazar sans nom, et ça ne donne pas vraiment envie de l’utiliser. C’est vraiment dommage tant certaines fonctionnalités peuvent être utiles.

Le lecteur RSS

J’ai gardé le meilleur pour la fin, en l’occurrence le lecteur de flux RSS. Il est très bien, notamment pour les options de fitrage.

Installation d'Internet Explorer 8

Il permet d’effectuer des recherches dans le flux parcouru, mais surtout de filtrer selon :

  • Les catégories du blog.
  • Les tags présents dans les derniers billets.
  • De classer par date ou par titre.

Le message d’explication de ce qu’est un flux RSS est de plus un modèle de clarté et de pédagogie. On ne peux que les en féliciter.

Conclusion

Si je devais garder trois qualificatifs pour cette nouvelle mouture d’Internet Explorer, ce serait bordélique, pas fini et décevant. La navigation sur le web a été été grandement améliorée depuis Internet Explorer 6, mais l’UI est définitivement trop brouillonne et à revoir, et l’installation relève du foutage de gueule. Fonctionnellement, on trouve de bonnes idées, de très bonnes idées même, mais mal ficelées ou pas finies. Je sais bien qu’il s’agit d’une bêta, mais ce n’est pas une raison d’autant qu’il s’agit d’une bêta destinée au grand public, et je doute qu’ils revoient entièrement l’interface utilisateur avant la release finale.

Enfin, je finirai par un coup de gueule à propos d’une fonctionnalité que j’ai volontairement passé sous silence : le compatibility view. Microsoft a fait de gros efforts en direction d’un meilleur respect des standards du web, et Molly Holzschlag y est certainement pour quelque chose, et on ne peut que s’en réjouir. Et pourtant, ce mode est clairement une invitation aux développeurs web à continuer de produire de la merde aux antipodes des bonnes pratiques, puisque de toutes manières “ça passera”.

Et si vous avez lu jusqu’au bout vous avez droit à un bisou…

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: