Je rentre à l’instant du tout premier Yulbiz Paris, excellente soirée passée à discuter autour d’un verre avec une ergonome, des entrepreneurs, un designer web2.0, une hôtesse de l’air, des experts en buzz marketing… Comme d’habitude, des discussions nombreuses et très instructives dont certaines devraient rapidement se concrétiser, stay tuned.

Une tradition venue du grand frère canadien veut que chaque participant à un Yulbiz réponde à une question en rapport avec l’événement ; les réponses sont ensuite collectées, puis publiées.

Ce soir, la question portait sur les grandes tendances du web pour les années à venir. Difficile d’y répondre vue la vitesse à laquelle les choses évoluent tant du côté des interfaces riches que de la géolocalisation, sans compter la perspective d’une “bulle 2.0” qui viendrait casser le dynamisme ambiant. J’ai fini par me prêter au jeu, et mes réponses portaient sur :

  1. Mobilité.
  2. Micropaiement.
  3. Personnalisation.

Mobilité

Mobilité, comme web mobile et ubiquité, mais pas forcément tel qu’on l’imagine aujourd’hui. À mon sens la principale erreur qui empêche le web mobile de décoller vient du fait que l’on cherche à transposer sur des terminaux réduits disposant d’une bande passante ridicule un modèle qui prévu pour des écrans d’une résolution quatre fois supérieure et particulièrement gourmand dans les échanges client / serveur.

Micropaiement

Micropaiement, depuis que j’ai découvert à l’occasion d’un séminaire du W3C les usages pratiqués dans certains pays en voie de développement. Là bas, le téléphone mobile permet de régler ses impôts sans disposer d’un compte en banque. On devrait aussi voir fleurir des solutions de paiement sur le net destinées à des personnes ne disposant pas d’une carte de crédit ou ne souhaitant pas confier leur numéro de carte bancaire au web. Les français éprouvent encore beaucoup de réticences à payer en ligne, et il faudra probablement encore une génération pour que cette pratique se généralise.

Personnalisation

Personnalisation, parce que le médium électronique permet d’offrir à chacun ce dans quoi il se sentira le plus confortable, où qu’il soit. Cela rejoint la notion d’ubiquité dont je parlais plus haut. À l’inverse de Camus qui aimait se retrouver vraiment à l’étranger quand il quittait la France, il semble aujourd’hui que la tendance, tout en étant à l’exotisme, soit aussi de se retrouver chez soi où que l’on aille. À cela, ajoutons qu’en permettant à leurs utilisateurs de personnaliser leur produit de manière parfois amusante, les services recourant à ce genre de techniques jouent sur l’ego de l’utilisateur qui se sent par là même unique. Les jeux personnalisables du français Pictogames, ou de l’allemand Playmygame en sont deux exemples qui ne sont pas sans me rappeler les “livres dont vous êtes le héros” de mon enfance.
Je note au passage que cette tendance, si elle venait à se confirmer pourrait relancer la notion de valeur par la rareté au sein d’un média de masses et d’abondance, mais c’est une idée sur laquelle je ne développerai pas ce soir.

Et vous, quelles seront pour vous les grandes tendances des trois ans à venir ?

gargouille de la sainte chapelle à Paris

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: