Si comme moi, dans votre jeune temps, vous avez passé des nuits blanches et perdu toute notion de vie sociale sur aimé Sim City et son successeur Sim City 2000, jetez-vous immédiatement sur Miniville, le Sim City social sauce web 2.0.

Le principe est simple : vous créez votre ville, puis vous l’alimentez et la faites croître en organisant du buzz autour d’elle. Pour chaque visite sur la ville, celle-ci gagne un nouvel habitant. L’interactivité y est très limitée, mais le jeu, est, lui, particulièrement addictif.

neurocity sur miniville

Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles si le principe même du jeu ne risquait pas d’entraîner de nombreux abus et de se retourner contre lui-même. La croissance de votre ville dépendant des visites reçues, les moyens d’y amener du monde sont relativement limité :

  • Faire un script (5 minutes en shell), permettant d’utiliser une liste de serveurs proxy ouverts afin de vous connecter sur votre ville depuis un grand nombre d’adresses différentes.
  • Parler de votre ville sur votre blog, et laisser les robots des moteurs de recherche et autres spammeurs automatisés gonfler votre population sans rien faire.
  • Ou encore spammer votre entourage pour les amener à vous rendre une petite visite. Et là, tout est bon : mail, MSN, Twitter…

Alors évidemment, encourager au spam – le principal problème du net – au travers d’un jeu sympathique, je trouve cela plus que limite, quelle que soit la manière dont l’incitation est présentée, et ça risque rapidement de très mal tourner.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: