Le célèbre mage N’Bolo Googlyaoo me confiait récemment :

Un mauvais référenceur, il voit un blog en dofollow, paf, il spam. Un bon référenceur, il voit un blog en dofollow, bon ben il spam, mais c’est un bon référenceur.

rel="nofollow", la créature de Googlestein

Afin de lutter contre le spam dans les commentaires de blogs et sur les forums, Google commencé à prendre en compte la présence de l’attribut rel="nofollow" dans un lien. Celui-ci indique explicitement aux robots des moteurs de recherche qu’ils ne doivent pas prendre le lien en question en compte dans leur exploration.

La très grande majorité des sites ont commencé à poser l’attribut rel="nofollow" sur les liens des contributions des utilisateurs, et c’est aujourd’hui la politique par défaut sur l’ensemble des outils de gestion de contenus.

Avec trois conséquences :

  • La page vers laquelle pointe le lien n’est (théoriquement) plus prise en compte par les moteurs de recherche dans le construction de leur index, du moins à partir de cette source.
  • Le site depuis lequel pointe le lien ne transmet plus le jus de son précieux pagerank, quelle qu’en soit la valeur aujourd’hui.
  • La nature même du Web, un ensemble de documents liés entre eux par des liens hypertextes s’en est trouvée altérée.

La créature de Google lui a totalement échappé, et d’un moyen de lutte contre le spam, rel="nofollow" est devenu un outil d’optimisation du référencement.

Nofollow, la créature de Googlestein

Photo : Iowa Politics.

Face au nofollow, le dofollow

Suite à cela, un certain nombre de sites ont choisi de supprimer la mention rel="nofollow" des contributions, avec trois objectifs.

  1. Attirer les contributions des visiteurs en les “récompensant” par la cession d’un peu de “jus de pagerank” : si tu viens commenter chez moi, il est normal que je te remercie d’une quelconque manière.
  2. Faciliter le link building dans les campagnes de référencement.
  3. Restaurer la vraie nature du Web.

C’est le mouvement du dofollow, que m’a fait connaitre Alexandre Villeneuve et que j’ai rejoint il y a quelques mois.

Dofollow et politique de modération

L’avantage du dofollow, c’est que vos articles attirent les commentaires comme le miel attire les mouches. L’inconvénient, c’est qu’un site en dofollow, dès qu’il est connu, attire les spammeurs comme… un site en dofollow attire les spammeurs. Si les antispams font la majorité du tri, cette politique nécessite en revanche la mise en place d’une sérieuse politique de modération afin d’offrir à vos contributeurs un espace de qualité, c’est à dire :.

Pas trop de liens sur une même page, sinon cela ne sert plus à rien. Des contenus de qualité associés aux liens (autrement dit des commentaires intelligents). Et surtout, des liens et des commentaires en rapport avec le contenu publié sur la page.

C’est là que le bât blesse et que je me suis rendu compte que la très grande majorité des référenceurs sont des gougnafiers qui sabotaient leur travail.

Pertinence des commentaires

Avoir beaucoup de commentaires, c’est bon pour l’ego. Avoir des commentaires pertinents et de qualité, c’est encore mieux, et cela montre que vous ne prenez pas vos lecteurs pour des imbéciles en laissant n’importe quoi dans la conversation.

Exit donc les commentaires du type je suis parfaitement d’accord avec toi, les commentaires reformulant simplement un argument de l’article (limite content spinning), et les commentaires qui n’apportent rien à la conversation.

Pertinence des liens

Un lien de qualité, c’est un lien en rapport avec la thématique du document sur lequel il est posé. Un lien pour une agence immobilière dans le Périgord sur une page traitant du marché de la truffe à du sens. Un lien pour un site sur la santé sur une page traitant d’expérience utilisateur n’en a pas.

Dans le cas d’un commentaire de qualité accompagné d’un lien qui n’a rien à voir avec la choucroute, je supprime tout simplement le lien. C’est une question de respect pour mes contributeurs et cela préserve la qualité de mon site. Quant au référenceur, il n’avait qu’à connaitre son travail au lieu de spammer à tout va.

Non au keyword stuffing

Je sais que certains sites laissent associer n’importe quels termes aux liens ajoutés par leurs contributeurs, genre “tomates pas chères” pour un primeur. Si le commentaire a passé les deux premières étapes, je remplace ces mots clés par le titre du document vers lequel pointe le lien.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: