netizen premier du nomJ’étais hier à la soirée de lancement de Netizen, premier et dernier né des magazines papier consacrés aux blog et au blogging. Netizen est produit par l’équipe de Pointblog. Je passerai sur la soirée dont j’ai déjà rendu compte ailleurs, pour parler plus précisément du magazine lui-même.

On comprendra facilement ma réticence face à l’arrivée de Netizen : non seulement un support non électronique ne me semble pas des plus pertinents pour traiter des blogs, mais en plus, je n’aime pas Pointblog. Je n’attendais rien de bon de Netizen, et sur ce point, je n’ai pas été déçu.

La couverture

Difficile de croire que je me trouve face à un magazine consacré aux blogs tant la couverture me fait penser à celle de l’édition spéciale premier tour des présidentielles 2002 du Figaro Magazine. Un titre accrocheur “Quand les blogs secouent la politique” renforce cette impression : je me trouve en possession d’une revue traitant de la campagne électorale à venir.

La tagline

Comprendre et décrypter la révolution des blogs. Je n’ai jamais compris ce que les pages personnelles de feu Altern.org ou un vague forum pouvaient avoir de révolutionnaire. Au risque de passer pour un dinosaure, le Web est un espace de publication, et les forums un parasite de Usenet destiné à satisfaire l’ego de leurs modérateurs, ce qui explique que je n’ai pas eu de commentaires sur mon blog personnel pendant presque un an. Parler de phénomène des blogs me semblerait plus approprié tant on ne sait pas combien de temps le soufflé va tenir avant de retomber.

La maquette

Par principe j’aime les designs minimalistes, les choses simples et claires, du noir, du blanc, et surtout pas de fioritures. La maquette de Netizen est exactement le contraire. Cela pose deux problèmes: non seulement on doute de la validité du contenu tant le contenant est flashy, mais en plus, la maquette retient plus l’attention du lecteur que les articles eux-mêmes. Ils sont mal mis en valeur et demandent beaucoup d’attention pour être suivis.

Le prix

4€90 pour 86 pages sans véritables articles de fond et avec une publicité omniprésente, c’est définitivement trop. Je préfère dépenser 8€ pour un numéro du Spectacle du Monde, et être assuré de trouver 200 pages d’articles de fond bien documentés, même si je ne suis pas certain d’y entendre parler de blogs.

Le contenu des articles

On chercherait vainement une quelconque réflexion tout au long des 86 pages de Netizen. On y trouve en revanche un magnifique catalogue des blogs à la mode (ou pas), classés autour de pseudo thématiques, et un dossier politique en forme de promotion des blogs de nos politiciens favoris, du moins ceux qui ont bien voulu se laisser interviewer j’imagine. Sur un plan politique, les blogs n’ont absolument pas en France le même poids qu’aux États-Unis, et je ne vois pas en quoi les blogs peuvent bien “secouer la politique”. Un jour peut-être, mais je crois que ce n’est pas demain la veille. En tout cas une merveilleuse opération de name dropping du plus bel effet. L’article sur les blogs les plus populaires, lui, est une reprise d’un vieux post de Pointblog qui passe en revue les blogs français les mieux classés dans Technorati. Comment se fait-il qu’avec ses 74157 liens, Michel valdrighi n’y soit pas cité, si on n’excepte que les gens de Pointblog n’ont fait figurer à ce classement que ceux qu’ils voulaient bien voir y figurer? Copinage, quand tu nous tiens…

Un point positif?

Je cherche encore un point positif à attribuer à Netizen, et malheureusement, en dehors du fait que je n’y sois pas cité, je n’en trouve aucun.

J’ai travaillé suffisamment longtemps pour des titres de la presse écrite pour ne pas condamner Netizen tout de suite. Un journal s’étoffe avec le temps, les erreurs des débuts sont corrigées au fur et à mesure des numéros, et ce sera peut-être son cas. je ne peux que leur souhaiter bon courage et bonne chance pour la suite.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: