La généralisation des flux RSS a profondément bouleversé nos méthode de veille technologique en changeant notre rapport à l’information. Au lieu d’aller vers elle, c’est elle qui vient à nous au fur et à mesure de son apparition. Difficile pourtant de suivre plusieurs centaines de sources de manière optimale, surtout quand certaine d’entre-elles publient 30, 40 ou 50 billets par jour, et ce qui pourrait être un monde idéal peut très rapidement tourner au cauchemar 2.0, l’overdose d’informations. Dans ce billet, je vous propose de voir comment je tente d’agréger quotidiennement un maximum d’informations en perdant un minimum de temps avant lecture, et en retrouvant facilement mes petits après lecture, avant de voir ce qui se passerait dans un monde idéal, et pas forcément très éloigné de la réalité.

Les outils de veille à ma disposition

Mon principal problème vient des limites des outils à ma disposition. Étant particulièrement mobile, et accédant au moins à trois ou quatre machines différentes, j’ai impérativement besoin d’applications en-ligne. Dans la mesure du possible, celles-ci doivent disposer de mode hors-ligne avec synchronisation des données au moment de mon retours sur le web. L’application dont j’ai besoin doit me permettre de lire et trier mes très nombreux flux RSS d’une part, mais également de marquer efficacement les billets intéressants, afin de pouvoir les retrouver le moment venu. Ce n’est pas tout d’accumuler de l’information, encore faut-il pouvoir la retrouver et la réutiliser en cas de besoin.

J’ai donc porté mon choix sur l’agrégateur RSS Google Reader, et sur l’outil de bookmarking social Delicious. Le choix de ce dernier sur ses concurrents n’est pas du tout innocent comme vous le verrez plus tard.

Sachez différencier les sources d’information

Vous pouvez répartir les flux selon deux catégories principales.

La première se compose des sites auxquels vous choisissez de vous abonner pour leur thématique générale ou spécifique, la qualité de leurs articles, ou l’autorité – réelle ou supposée – de leur auteur dans ses domaines d’expertise. Les plus nombreux, mais pas forcément les plus prolixes, ce sont eux qui vous feront perdre le plus de temps. Vous ne pouvez en effet savoir à l’avance de quelle(s) thématique(s) spécifique(s) leurs billets vont traiter. Il vous faut donc tous les passer en revue, en choisissant de lire ou de passer outre un article en fonction de son seul titre. D’où l’importance de donner à ses articles des titres parlants, contenant des mots clé pertinents, en dehors de la simple démarche de référencement. Vous risquez cependant de passer à coté d’excellents articles aux titres non pertinent, ou de lire de nombreux billets médiocres et finalement redondants, vides, ou hors sujet.

La seconde regroupe toutes les agrégations thématiques, beaucoup plus ciblées. Abonnez-vous aux résultats de recherche vraiment pertinents pour votre activité sur des moteurs traquant le web en direct comme Technorati, principalement durant les moments d’activité particulièrement intense. De même, abonnez-vous aux flux RSS par tag de Delicious afin de suivre tout ce qui se dit dans vos domaines de compétences ou d’intérêts. Malgré la redondance fréquente de certains liens, la valeur de ces flux est évidente à plus d’un titre. Non seulement vous permettent-il de suivre non plus des gens mais des sujets (agrégation thématique), mais encore laissez-vous à d’autres le soin de trier gratuitement pour vous un contenu que vous seriez bien incapable d’ingérer seul.

Utilisation quotidienne de Google Reader et Delicious

La principale faiblesse de Google Reader est de ne pas intégrer de solution de bookmarking social. L’option starred item vous permet de marquer les billets dont vous souhaitez conserver la trace, mais sans aucune possibilité de tri ou de catégorisation. Le principal avantage de Delicious, outre une interface parfaitement sobre comme je les aime vient de la taille de sa communauté d’utilisateurs à taguer, classer et catégoriser tous les contenus ajoutés sur la plate-forme. Il peut parfois s’avérer difficile de savoir quel tag attribuer à un article, et en cela, les propositions popular tags et recommended tags de Delicious vous facilitent la vie en faisant de la classification prédictive.

Commencez par trier les flux auxquels vous êtes abonné par grandes catégories : design, développement, logiciels libres, accessibilité, ergonomie… Créez ensuite dans votre Google Reader les dossiers correspondants. À moins que cela ait vraiment une importance considérable, ne faites pas de dossier par langue. Faites en revanche des dossiers géographiques si cela peut s’avérer nécessaire, par exemple si vous suivez des flux traitant exclusivement d’informations localisées : presse quotidienne régionale, actualité politique française ou britannique…

Créez ensuite un dossier sandbox, c’est à dire bac à sable. Chaque fois que vous découvrirez un flux vous paraissant digne d’intérêt, placez-le dans ce bac à sable durant un mois. Durant cette période, vous allez pouvoir déterminer dans quelle dossier rentre ce flux, et s’il est vraiment digne d’intérêt. Au bout des 30 jours, placez-le dans le dossier correspondant, ou supprimez-le. Il est prouvé qu’une fois un flux bien ancré dans un agrégateur, il devient très difficile de s’en désabonner. Les flux de qualité médiocre s’accumulent, et vous perdez du temps ne serait-ce qu’à les marquer comme lus.

Quand vous rencontrez un article vraiment intéressant, ajoutez-le à votre Delicious. N’hésitez pas à changer le titre proposé s’il ne vous semble pas pertinent, ou à ajouter un commentaire si ce billet présente un intérêt en fonction d’un contexte donné. Attribuez-lui ensuite les étiquettes nécessaires, éventuellement en utilisant les tags proposés par Delicious.

Enfin, réutilisez le contenu ainsi archivé à bon escient.

Un oiseau, un crayon, une chèvre…

Évidemment, tout ceci est loin d’être idéal, et dans un monde parfait, les choses se passeraient un peu différemment.

Dans un premier temps, les flux RSS ou ATOM intégreraient les tags apposés par les auteurs des billets. Cela permettrait ainsi aux agrégateurs d’afficher des listes de thématiques totalement dynamiques dans la colonne aujourd’hui dédiée à la liste des blogs. Ainsi, on ne lirait plus untel ou untel, en ayant une chance minime de tomber sur un billet traitant exactement de nos préoccupations du moment, mais des billets regroupés par thématique. Quelle différence avec le suivi d’un tag Technorati ou Delicious mentionné plus haut ? Tout simplement une réduction draconienne du nombre de sources, limitées à un panel considéré comme expert ou pertinent.

Dans un second temps, le lecteur de flux intégrerait également un système de bookmarking social à la Delicious, permettant d’archiver les billets intéressants. Aux popular tags et aux recommended tags s’ajouterait la liste des tags choisis par l’auteur du billet, et, éventuellement, dans un monde vraiment parfait, une liste de mots clés sélectionnés à partir d’une analyse sémantique du média archivé par le service de bookmarks.

Enfin, cette analyse sémantique précise et fiable étant opérationnelle, le système serait-il à même de vous proposer des contenus similaires véritablement pertinents afin d’étendre le champ de la recherche. Mais ceci est une autre histoire.

Coucher de soleil sur le bassin d'Arcachon

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: