Je rebondis sur le billet de Laurent Jouanneau qui nous explique pourquoi il ne se rendra pas au forum PHP 2008, et notamment sur ses propos concernant les deux conférences (publicitaires) Oracle.

Oracle est un SGBD non open-source, et peu utilisé par des projets PHP… Ça aurait été plus sympa de parler de PostgreSql, qui n’a rien à envier à Oracle sur de nombreux points…

Que ça nous plaise ou non, Oracle est aujourd’hui le leader mondial des systèmes de gestion de bases de données, avec 48.6% de parts de marché (sources Gartner), à opposer aux 10% de parts de marché que se partagent les bases open source. Lorsqu’on attaque les grands comptes aux systèmes d’information aussi complexes que tentaculaires, cette part de marché doit même affleurer les 80%. À contrario, je ne connais en France qu’une seule grande entreprise à travailler avec PostgreSql, le groupe La Poste.

PHP à encore, dans la majorité des DSI, la réputation d’un langage pour amateurs, peu fiable, tout juste bon à développer des applications jetables quick and dirty. Il est toujours, et restera encore longtemps opposé à Java, considéré comme un langage corporate et robuste. Cela vient notamment du fait qu’on associe encore Java à Oracle et PHP à MySQL.

Évidemment, pour faire changer les choses, il faut un driver qui fonctionne (merci OCI8 de venir pallier cette daube de PDO_OCI), et qui s’installe facilement, ou du moins sans avoir à hacker les sources avant compilation (pas merci OCI8). Il faut également que les développeurs PHP apprennent à développer avec Oracle, et cessent leur discours Oracle c’est comme Firefox, ça pue c’est pas libre, moi j’utilise Iceweasel et PostgreSql sous Debian unstable avec 0 packages proprios.

En deux ans, j’ai eu l’occasion de travailler sur deux projets majeurs tournant avec PHP et Oracle. Le premier tournait sous Symfony, le second sous Zend Framework. Dans le premier cas, nous avons du nous battre pendant plus d’une semaine pour pallier l’absence de véritable support d’Oracle sous Symfony et en corriger les bugs ou les incohérences. Dans le second cas, la majorité du travail a été de modifier les requêtes spécifiques à MySQL pour les rendre compatibles Oracle. Autant dire que la première a été plus que pénible, et montrait l’immaturité flagrante des projets open source même majeure dès qu’il s’agit de rentrer dans un contexte industriel.

Que cela plaise ou non, Oracle est là, et pour longtemps. À ceux qui voudraient me donner l’exemple de la compétition entre Internet Explorer et Firefox et l’extraordinaire progression de ce dernier, je rappellerai simplement qu’il est plus facile de changer le navigateur de son PC que de migrer tout son système d’informations vers un nouveau SGBD.

Emmanuel de Taillac façon on achève bien les chevaux

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: