Logo FirefoxJe réécris totalement ce billet : la fatigue de ces deux dernières semaines aidant, l’original était plein de fautes, obscure, et manquait d’une partie de ma réflexion.

Ce matin, je tombais un peu par hasard sur cette note technique offerte aux visiteurs du site dédié au jeu de rôles Le Gant et l’Épée.

Note technique : ce site est optimisé pour Internet Explorer et Firefox, résolution d’écran 800x600 ou 1024x768. Si vous utilisez Firefox, arrêtez et reprenez Internet Explorer, là au moins vous serez sûr de voir la même chose que 95% des internautes.

Cessez d’utiliser Firefox parce que c’est « tendance » et que 5% des internautes estiment que les standards du web ne sont pas respectés par les 95% restant, prêtant ainsi foi au principe douteux que ces standards sont fixés par la minorité. Rejoignez-moi au club de ceux qui souhaitent que Microsoft écrase ses concurrents pour qu’il n’y ait plus qu’un seul navigateur, et que tout le monde obtienne enfin le même résultat pour un même site.

Si elle a eu le mérite de me faire sourire et de gagner une citation immédiate au palmarès de Totalement Crétin, elle a surtout eu celui de pointer du doigt un point intéressant : si un créateur de site web ne considère pas la défense des standards du web comme une bonne raison de passer sous Firefox, cette approche a encore moins de chances de marcher auprès du commun des mortels imperméable aux questions techniques, ou même éthiques, tant qu’il peut lire son journal, consulter l’annuaire et obtenir son lot quotidien de contenu débilitant, certes, mais tellement divertissant.

Gervase Markham s’en est également rendu compte, et nous livre cet intéressant retour d’expérience sur Mozilla Zine. Les amis devant qui il effectuait une démonstration se sont montrés fort peu impressionnés par la navigation par onglets, et ont été bien plus intéressés par… l’extension permettant d’afficher la météo dans la barre d’états.

I went to their laptop PC, balanced on the sofa in the corner of the lounge, and showed them about tabs, and how it makes browsing so much more pleasant. (I couldn’t show them middle-click, as the laptop didn’t have a middle mouse button.) They seemed only mildly impressed.

[…]

Then we scrolled past ForecastFox. Now, my view of weather is that it’s something you dress for, not something you obsess about, and so this extension has never been of interest. But when I explained it, their eyes lit up. Somewhat bemused, I installed it (incidentally, ForecastFox’s UI for telling it your location is far too complicated). They thought that having three little weather symbols in the status bar was was the coolest thing since sliced bread, and said they’d be using Firefox from then on!

Avec les années, je m’aperçois que développeurs et gens du sérail font de bien piètres évangélisateurs dès lors qu’il s’agit de faire adopter un outil par le commun des mortels. Trop spécialisés, nous ne disposons pas du recul nécessaire pour discerner les véritables préoccupations quotidiennes des utilisateurs finaux. Il me semble illusoire de songer un instant que monsieur Tout le Monde changera ses habitudes de navigation pour le confort apporté par les onglets, le respect des standards ou l’indépendance technologique et philosophique apportée par les logiciels libres. Les gens n’aiment pas changer leurs habitudes, surtout les mauvaises, même pour quelque chose de plus confortable, plus rapide, ou idéologiquement valable dès lors qu’il leur faut subir une nouvelle phase d’apprentissage sans obtenir d’un fort retour sur investissement, qui ne se situe pas forcément là où nous, technophiles avertis, l’imaginons.

Il nous faut donc revoir nos méthodes d’évangélisation des navigateurs dits alternatifs, et peut être porter notre discours sur des zones que nous n’abordions pas, ou peu, jusqu’ici. Le grand public refusera notamment de changer ses habitudes sans obtenir en contrepartie un ensemble de fonctionnalités qui les amèneront bien au delà de la simple navigation sur Internet. Les “gadgets” apportés par Flock comme l’intégration Flickr, del.icio.us ou celle d’une interface de blog multi plate-formes sont des pistes à suivre plus que sérieusement. C’est par l’ensemble de ces options qui pourront sembler quelque peu clinquantes à celui pour qui le butineur est avant tout un outil de travail que nous pourrons facilement attirer de nouveaux adeptes ; le confort de navigation, le respect des standards et la philosophie du libre arrivent loin derrière.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: