flockSuite à mon billet sur mes dix logiciels favoris, David me demandait hier pourquoi je privilégiais le navigateur Flock à Firefox. Pour rappel, Flock est un navigateur social basé sur une version de Firefox maintenant relativement ancienne, et qui a pris une toute autre direction.
C’est une très bonne question, et comme elle revient plus que régulièrement, je vais lui consacrer un billet, histoire de ne plus avoir à me répéter. Il s’agit là d’une explication, et non d’un billet à vocation prosélyte ou publicitaire réalisé à la demande des gens de Flock, je tiens à être clair là dessus. D’ailleurs, je n’affirmerai pas que Flock soit mieux que les autres, mais je dirai plutôt qu’il correspond mieux à mes besoins sans requérir de ma part d’importants efforts de configuration et de personnalisation.

Flock est moins lourd que Firefox.
Cela peut sembler paradoxal d’affirmer que Flock est plus léger que Firefox puisqu’il vient de ce dernier auquel on a ajouté fonctionnalités supplémentaires. Il se trouve que Firefox s’est particulièrement alourdi depuis quelques versions au point de tourner à l’usine à gaz et de perdre le qualificatif denavigateur léger qu’il clamait il n’y a encore pas si longtemps.
Il faut comprendre d’autre part que les développeurs de Flock ne se sont pas contentés d’ajouter du code à Firefox pour obtenir ce qu’ils cherchaient. Ils ont au contraire du le modifier en profondeur afin d’aboutir au résultat désiré. Ce changement de direction a notamment permis à Flock d’éviter de devenir l’OpenOffice.org de la navigation sur le Web. J’aime beaucoup OpenOffice.org, qui fait exactement ce pour quoi je l’utilise, mais je le trouve vraiment trop lourd, et en dehors de la feuille de calcul, je l’ai définitivement remplacé par des fichiers en XHTML + CSS avec la transformation en PDF pour la diffusion.

J’utilise massivement les fonctionnalités propres à Flock.
Flock propose par défaut un certain nombre de fonctionnalités sociales (dites Web 2.0 que j’utilise massivement :

  • Son système de recherche si pratique :
    La barre de recherche de Flock permet de faire ses recherches simultanément dans les favoris locaux, dans l’historique et sur Yahoo, avant même de valider la requête afin de la lancer sur Google, ou sur importe quel autre moteur. Il propose aussi d’autres sources pour la recherche en cours : Amazon, Wikipedia ou Technorati notamment.
  • L’intégration de del.icio.us :
    Utilisant (au moins) 3 machines différentes entre la maison, le travail et le portable, il me fallait un moyen simple de centraliser mes favoris tout en disposant d’un puissant système de classement (au hasard, les tags). Le fait que mes favoris soient sauvegardés à la fois localement et sur del.icio.us sur un simple contrôle+d me permet de gagner du temps tout en cessant de me préoccuper de la synchronisation (et je peux exporter mes favoris del.icio.us quand je veux).
  • L’intégration de Flickr :
    L’intégration de Flickr dans Flock est tout simplement bluffante. L’affichage des dernières photos ajoutées et l’envoi groupé font partie des fonctionnalités vraiment pratiques.

Il parait que je pourrais trouver tout ça sous Firefox en y ajoutant quelques extensions. Mais je me demande sincèrement pourquoi je devrais choisir un outil qui me propose en option – avec tous les problèmes de compatibilité entre les versions qui se posent à chaque mise à jour sans compter la recherche et l’installation de chacune des extensions – ce qu’un autre autre tout aussi bien me les propose de série.

Les extensions que j’utiliserais de toute manière sous Firefox existent aussi sous Flock.
Dans mon travail, j’utilise constamment deux extentions : Firebug et la Web Developper Toolbar. Disponibles aussi sous Flock, je n’ai donc pas à souffrir de leur absence et garde le choix de mon navigateur.

J’apprécie l’intégration des flux RSS dans Flock.
La manière dont Flock gère est affiche les flux RSS est particulièrement agréable. J’utilise Bloglines pour la lecture quotidienne de mes sites favoris, mais j’utilise parfois l’agrégation pour suivre des événements à la couverture particulièrement dense. Certains moteurs de recherche comme Technorati – mais il n’est pas le seul – permettent de créer un flux RSS à partir d’une recherche, ce qui permet de suivre les évolutions de la blogosphère sur un sujet donné en temps réel. J’ai utilisé ce fonctionnement lors de l’Ouragan Katrina, des attentats de Londres, ou plus récemment pour suivre la publication de discussions sur des sujets techniques.

Je refuse de rentrer dans une guerre de religions.
Depuis la découverte de Firefox par le grand public, on assiste à la renaissance d’une guerre de religion entre les aficionados d’Internet Explorer et ses détracteurs. Les sites affichant la bannière “too cool for IE” ou affichant des pop-up invitant les utilisateurs d’Internet Explorer à changer de navigateur, quand ils ne leur bloquent pas l’accès sont de plus en plus fréquents et me donnent curieusement l’impression d’être revenu dix ans en arrière.
D’autre part, la trop grande attention portée sur Firefox risque d’entraîner à terme – et en extrapolant largement le taux de pénétration de celui-ci sur le marché – de ne plus proposer d’autres alternatives libres dans le choix des navigateurs. En utilisant Flock – basé sur Gecko – je participe un peu à ce pluralisme, tout en refusant de prendre partie dans le débat qui oppose les pro et les anti Firefox.
Je pourrais évidemment utiliser Opéra, Safari / Konqueror et d’autres navigateurs encore, mais ils ne répondent pas à certaines de mes exigences :

  • Je veux pouvoir utiliser le même navigateur quelle que soit la plate-forme sur laquelle je me trouve sans avoir à bidouiller pendant trois heures pour obtenir un résultat par ailleurs plus que douteux. Cela élimine évidemment Internet Explorer installé dans un Wine. je pourrais évidemment utiliser Opéra, mais…
  • Je veux utiliser un navigateur libre, ce qui élimine Opéra. Le fait d’avoir accès au code source me procure l’assurance qu’il ne tentera pas de faire des bêtises dans mon dos quand je ne le regarde pas agir.

En conclusion, je dirai que Flock m’apporte un confort fonctionnel non négligeable tout en ne respectant pas moins les standards du Web que les autres, peut être la seule chose qui me fera changer de crémerie le jour où je découvrirai un navigateur qui les respecte à 100% tout en accessible sur n’importe quelle plate forme.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: