Je voulais traiter ce sujet à chaud, afin de coucher mes premières impressions dès ma sortie de l’entretien. J’ai finalement décidé de laisser retomber un peu la pression, et d’attendre le débriefing avec la commerciale pour me pencher plus avant sur cette première expérience dans le recrutement.

Je me sentais assez mal à l’aise dès le départ, au point d’hésiter à me faire remplacer par un de mes collègues n’aurait pas mieux convenu. Je suis trop au fait de mes lacunes en communication pour me faire de quelconques illusions à leur sujet ; j’y travaille, et un certain nombre de personnes autour de moi m’y aident sans même s’en rendre compte. Merci à elles. Je craignais en plus d’entamer la réunion avec des à priori, positifs ou négatifs, pour avoir préalablement étudié le CV et les réalisations du postulant dans leurs moindres détails. Je considère cependant avoir été servi par ma charge de travail de la matinée, puisque l’heure de la réunion m’a pris à froid, sans me laisser le temps de trop réfléchir sur l’attitude à adopter ou sur les questions à poser en fonction de ce que j’avais vu. Je partais finalement avec un regard relativement neuf. Ne me pesaient finalement plus que le risque d’erreur vis à vis de ma société, et la pression de renvoyer chez lui un type au chômage pour des exigences techniques disproportionnées.

Je ne crois pas m’être trop trompé durant l’entretien, que ce soit dans ma démarche ou à propos de la personne assise en face de moi. Je vais tenter de lister les éléments que j’en tire, afin de pouvoir les comparer la prochaine fois.

  1. Écouter attentivement le candidat présenter son expérience, sa manière de se positionner chaque fois dans les projets, les techniques utilisées et la manière éventuelle de les utiliser.
  2. Prendre des notes, beaucoup de notes, pour pouvoir revenir dessus, noter ses interrogations par écrit afin de ne rien oublier. Surtout ne pas interrompre le candidat si son exposé ne dévie pas trop du sujet.
  3. Une fois l’expérience passée en revue, revenir sur les différents points abordés, demander des éclaircissements sur les points obscurs, particulièrement sur les omissions techniques ou humaines (combien de personnes sur le projet ? Position du postulant dans le projet ?). Pour chaque technologie abordée, approfondir le sujet, évoquer des alternatives. Le candidat les connaît-il ? Si oui, pourquoi celle-ci plutôt que celle-là ? Se faire expliquer les avantages de la solution retenue, même si on sait par avance ce qu’il va répondre. Ce dernier point permet de voir comment le candidat aborde les problèmes.
  4. Expliquer la mission sur laquelle on veut placer le profil en fonction de ses forces et de ses lacunes, s’il s’agit d’un recrutement sur mission. Cela implique non seulement de bien connaître la mission, mais aussi de pouvoir éventuellement changer son fusil d’épaule en cours d’entretien si le candidat ne convient pas. Il peut en effet convenir pour une autre mission malgré l’orientation présumée de son CV.
  5. Ne pas avoir l’air inexpressif face au candidat façon « t’es gentil mais j’ai mieux à faire » mais sourire, approuver d’un signe de tête, encourager le postulant à continuer. J’utilisais cette technique lorsque je faisais passer des soutenances ou des examens, elle permet de détendre le candidat tout en le mettant en confiance. Ne pas non plus se perdre dans ses notes.

J’attends maintenant impatiemment ma seconde expérience dans le domaine, afin de pouvoir mettre tout ceci à l’épreuve. Tout comme je tache d’évoluer du point de vue technique afin de rester constamment à la page malgré un poste qui me permet moins de mettre les mains dans le cambouis, je vais tenter de m’améliorer dans les autres domaines que j’ai la chance de pouvoir explorer.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: