Ségolène Royal, femme politique la plus detestée de France

Si Adsense est une régie publicitaire extrêmement performante en termes de suggestion de contenus – excepté peut-être dans ma capture d’écran – cette fonctionnalité peut également se retourner contre les auteurs du site qui les affichent quand des lecteurs un peu bas de plafond en viennent à confondre publicité et contenu et que l’affaire est relayée par des sites de news plus intéressés par le sensationnalisme de caniveau qu’un contenu de qualité.

Délits d’opinion est un site collaboratif d’analyse politique et économique. Il est tenu par d’anciens employé d’instituts de sondages et d’opinion aussi bien de gauche que de droite, ce pluralisme garantissant une certaine neutralité politique. Et pourtant…

Le 16 octobre dernier, Mayeul l’Huillier (disclosure : mon cousin germain), publie chiffre à l’appui un article intitulé Ségolène Royal, la femme politique la plus détestée de France ?, quelques jours avant le documentaire qui lui est consacré. Le Poste se saisit de l’article et traîne Délits d’Opinion dans la boue, affirmant que le site n’est qu’une émanation haineuse du Figaro.

En effet, Délits d’Opinion affiche des bannières Adsense reprenant les mêmes couleurs que ses titres, et l’une d’entre elles contenait… une publicité pour le Figaro. De là à faire un amalgame, il n’y a qu’un pas, que Le Poste n’a pas hésité à franchir. La suite de l’affaire est relativement classique, avec une demande de retrait de l’article, mais elle a montré que même une bannière publicitaire pouvait se montrer risquée quand a une ligne éditoriale parfois polémique. Heureusement, Adsense permet de bloquer les annonces de certains sites, mais quand le lien est vraiment pertinent, cela pose de sérieux cas de conscience.

Centre Pompidou

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: