Lancer votre boutique en ligne en moins d’une minute sans inscription ? C’est le défi que vous propose de relever Tiny Pay Me. Tiny Pay Me est une jeune startup hollandaise dont j’ai rencontré les fondateurs Richard Straver et Valentin Smirnoff à l’occasion de la conférence LeWeb 10 par l’entremise de Pamela Poole.

Leur service qui veut bouleverser le monde de l’e-commerce de niche de manière assez disruptive est pour moi le véritable coup de coeur de cet hiver aussi bien par sa simplicité que par les effets qu’il peut avoir sur la micro vente en ligne. Je découperai mon article en trois parties :

  1. Une interview de Valentin Smirnoff autour de mes trois questions fétiches : qui êtes-vous ?, quel problème avez-vous voulu résoudre ?, et comment l’avez-vous résolu ?.
  2. Une présentation et analyse du produit.
  3. Une analyse de leur positionnement.

Tiny Pay Me par ses fondateurs

J’ai rencontré Valentin Smirnoff autour d’un jus d’orange dans le coin startups de LeWeb. Là où certains enchaînaient les présentations express, il a vraiment pris le temps de discuter et de me présenter son service, ses impacts, et de répondre à mes questions parfois limites sur sa société et la concurrence. Ce qui suit est une traduction des réponses de Valentin.

Q : Qui êtes-vous ?

R : Lancée en mars dernier, Tiny Pay me est la manière la plus simple qui soit de vendre sur Internet. Le service se compose d’une page unique composée d’un formulaire que vous remplissez en moins d’une minute. Une fois le produit en ligne, vous pouvez accepter des paiements via Paypal, et il est publié automatiquement sur les réseaux sociaux, et sur des plates-formes comme Google Products ou Linkedin.

Q : Quel problème vouliez-vous résoudre ?

Mettre en vente un objet sur e-bay est particulièrement pénible, surtout quand vous ne voulez le faire qu’une seule fois. Vous devez ouvrir un compte, il faut une demi heure pour remplir le formulaire, et si vous voulez être bien positionné, il vous faut payer avant même de savoir si vous pourrez vendre votre produit. En plus, la commission prise par eBay est très importante, de l’ordre de 8 à 15%.

Q : Comment l’avez-vous résolu ?

R : Nous avons mis en place un formulaire extrêmement simple, dont la saisie prend moins d’une minute. Vous n’avez pas besoin de vous inscrire sur notre site, il vous suffit d’un compte Paypal (qui appartient à eBay, sic, NDLR). Et nos frais sont extrêmement faibles : 5% quel que soit le montant de la vente, dont vous pouvez donner une partie à une oeuvre de bienfaisance.

Q : Et comment assurez-vous la visibilité des produits en vente par rapport à un eBay ou un Amazon ?

R : Le problème sur eBay / Amazon, c’est qu’il existe un trop grand nombre de produits grand public en vente. Il est impossible de s’y retrouver et de savoir à qui acheter. Nous sommes en train de mettre en place un système de place de marché sur laquelle vous pourrez faire remonter les objets vendus par d’autres vendeurs en fonction de thématiques de votre choix, tout en prenant une commission sur la vente effectuée par votre entremise. Mettons que vous ayez un blog sur la Xbox, et que vous souhaitiez le monétiser. Vous allez créer une place de marché sur la XBox, et faire remonter tous les objets concernant la Xbox, les jeux vidéos, mais pas la Playstation, ni la Wii ni… C’est la raison pour laquelle nous vous demandons de saisir des mots clés lors de la mise en vente d’objets.

Q : Et vous ne craignez pas le SPAM ?

R : C’est un problème, bien évidemment, et nous en avons tenu compte. Nous avons mis en place un système de surveillance, notamment par la réputation des vendeurs. De plus, vous pouvez choisir de ne pas faire remonter tel objet, ou tel vendeur sur votre place de marché.

Simplifier la vente sur Internet

Tiny Pay Me souhaite simplifier la vente sur Internet. Cela passe pas une absence de formulaire d’inscription, à moins que vous ne souhaitiez créer une place de marché (en bêta privée). L’authentification se fait à travers une connexion à Paypal, qui est un moyen pour le service de s’assurer que ses clients pourront bien recevoir leur paiement.

La page d'accueil de Tiny Pay Me

Cela permet à la page d’accueil d’être simple, presque trop, avec un énorme call to action Start Selling. Malheureusement, celle-ci met trop en avant les fonctionnalités et bénéfices de la plate-forme, et non les produits en vente. C’est extrêmement handicapant si Tiny Pay Me veut inciter les gens à y vendre – le futur client n’a aucun indice du fait que des gens utilisent le service, et donc de sa potentielle efficacité – développer la vente de produits et la création de places de marché.

Le menu de choix de la langue est inutile et trompeur, et ne fait pas fini, puisque seul l’anglais est pour l’instant disponible. Cela donne une impression de pas finie un peu dommage, presque aussi gênante qu’une page en travaux.

Un formulaire de mise en vente presque parfait

Le formulaire de mise en vente est presque parfait tant il est simple et clair, et surtout beau. Rien que pour ça, Tiny Pay Me est déjà exceptionnel. En bonus, sur une résolution de 1440*900, ce dernier est contenu en entier dans l’écran, du titre au bouton de validation Start Selling, qui reprend le call to action de la page précédente.

Formulaire de vente de Tiny Pay Me

Le formulaire ne contient que 3 champs obligatoires, le nom du produit, une description, et des mots clés, utilisés pour la recherche et la création d’une place de marché. La localisation du produit se fait via Google Maps, et le client peut ajouter plusieurs options pour accroitre l’attractivité du produit : images, vidéo, demande d’adresse de livraison ou fichiers à télécharger pour l’acheteur. C’est extrêmement bien pensé, car cela permet de vendre indifféremment des biens physiques ou virtuels, par exemple des livres papier et leur contrepartie électronique. C’est ce qui fait d’ailleurs la plus grande force de l’offre Tiny Pay Me.

Je ne suis en revanche pas super fan des boutons permettant d’afficher des sections du formulaire, qui abusent un peu du style d’interface iPhone. Je ne suis d’ailleurs pas fan du tout du fait de ne pas afficher certaines portions du formulaire. Si c’est caché, c’est que ça n’a rien à faire là, et les options sont suffisamment simples et claires pour ne pas encombrer la page en cas d’affichage.

Dans le même ordre d’idées, le menu déroulant de choix de la devise de vente est un peu bordélique, et le fait de ne pas pouvoir entrer le lieu d’où est vendu l’objet un peu handicapant.

Une fiche produit à améliorer

Malgré quelques points intéressants, la fiche produit est probablement le plus gros point faible de Tiny Pay Me. Le bouton Buy Now est atrocement mal placé (et encore, ils ont changé le gris sur fond gris que j’avais relevé lors de notre rencontre pour un orange plus approprié). Le fait d’offrir un formulaire de mise en vente le plus simple possible fait courir le risque d’une fiche produit vide, et c’est bien ce qu’il se passe.

Fiche produit Tiny Pay Me

Dans un autre ordre d’idées, le zoom sur la carte est tellement important qu’il est impossible de savoir dans quel pays, ou même sur quel continent se trouve le produit, ce qui peut être particulièrement handicapant dans le cas de frais de douane. Une description textuelle en plus de la carte est franchement indispensable.

J’aime en revanche la fonctionnalité embed, et la possibilité d’envoyer un QR Code contenant l’URL de la fiche produit, qui, avec Twitter et le Like Facebook font partie des outils accroissant la visibilité du produit en vente.

Personnalisation de la fiche produit

Une fois authentifié grace à son compte Paypal, le vendeur a la possibilité de configurer l’aspect de ses fiches produit en y plaçant son logo, un background et / ou une couleur de fond. Là encore, malgré les efforts sur la simplicité de l’interface, certains éléments d’ergonomie élémentaires ont été oubliés. Sérieux, c’est quoi ce bouton Save en haut du formulaire ?!

Settings Tiny Pay Me

Des places de marché générées à la volée

Je crois qu’au delà de la simplicité de mise en vente des objets, ce qui m’a vraiment séduit chez Tiny Pay Me, outre leur disponibilité pour me présenter le produit et répondre à mes questions, est la possibilité de créer des places de marché dynamiques dont le catalogue est peuplé des objets des autres vendeurs. L’idée est assez excellente, car elle permet aux vendeurs d’accroitre leur visibilité et au propriétaires des places de marché de faire grossir leur catalogue, et donc d’accroitre leurs revenus.

Les market place tiny pay me

Une fois encore, Tiny Pay me tient sa promesse et vous permet d’ouvrir une place de marché en moins d’une minute. Le formulaire de création est donc limité aux informations essentielles, et la configuration un peu poussée se fait plus tard, et reste, là aussi, la plus simple possible. J’aime particulièrement l’utilisation du slider afin de définir le pourcentage des ventes que le propriétaire de la place de marché va pouvoir récupérer, avec comme problématique que plus celui-ci est élevé, et moins les vendeurs n’accepteront de vendre dessus.

la création de places de marché est en rade à l’heure où j’écris ces lignes, ce qui fait que je ne pourrai pas vous en faire la présentation exhaustive.

L’e-commerce de niche, un positionnement osé mais valable

Contrairement à une idée reçue, notamment parmi les investisseurs, un marché de niche ne signifie pas qu’il n’y a pas de clients ou de valeur à créer. Marché de niche signifie simplement que l’on s’adresse à un segment de population restreint et extrêmement bien défini, au lieu d’arroser large en espérant ramener un maximum de monde.

Le principal problème ne viendra pas forcément des problèmes de visibilité, car dans un segment de niche, les prescripteurs sont assez aisément identifiables. Il viendra plutôt de la dispersion et de la taille des acteurs concernés, du nombre de pièces à disposition…

Il existait déjà des solutions pour créer de mini boutiques en ligne, éventuellement sur des segments de niche, comme Zlio ou Etsy, et c’est vrai que ces deux noms sont les premiers qui me sont venus à l’esprit quand Valentin a commencé son pitch. Ce dernier cite d’ailleurs Etsy comme source d’inspiration dans la recherche de niches pour les places de marché officielles Tiny Pay Me.

Là où Tiny Pay Me se démarque de la concurrence, c’est qu’il permet de créer des boutiques à partir des articles d’autres vendeurs, réglant ainsi le problème de la dispersion des sources. Admettons que je veuille vendre les créations d’une dizaine d’artisans de ma région. Chacun d’entre eux pourra vendre ses produits en ligne, mais le nombre de pièces différents, et l’approvisionnement ne justifieront pas la création d’une boutique complète, alors que la vente des pièces une à une sera plus intéressante. Le fait de rassembler les produits disponibles pour les artisans d’une même niche en une place de marché permettra de maximiser leur visibilité, et ainsi d’adresser le marché plus simplement.

Le principal problème pourrait venir à termes de la commission prise par les propriétaires des places de marché les plus populaires : pour être présent sur ces places de marché, les vendeurs pourraient être obligés d’accepter de céder une partie extrêmement importante du prix de vente de leur objet, entrainant un sérieux déséquilibre dans le fonctionnement de la plate-forme. À contrario, ce genre de pratiques pourrait rapidement assécher les places de marché favorisant ce genre de racket, et la création d’autres havres plus raisonnables, selon le fonctionnement de la main invisible chère à Adam Smith.

Vous l’aurez compris, malgré des imperfections et quelques fonctionnalités pas tout à fait sèches, Tiny Pay Me est mon service coup de coeur de l’hiver. Au point que je sois resté sur le stand pour une démo et une longue discussion avec Valentin sur les moyens d’améliorer le produit pour le rendre plus simple et plus efficace. Tiny Pay Me fait en tout cas partie des startups dont je vais suivre l’aventure de près.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: