La télévision traditionnelle est-elle soluble dans les média sociaux ? Qui plus est lorsqu’il s’agit du plus ancien programme télévisé encore à l’antenne diffusé à près d’un milliard de personnes ? Le week-end dernier, j’ai eu la chance de live-twitter les coulisses du Concours Eurovision de la Chanson avec Christophe Ramel (@Kriisiis) et @Libelluline pour le compte @FranceTVDirect, une première pour une télévision européenne. Au delà d’une expérience fantastique, cela a surtout été un excellent test de couverture trans média d’un événement international.

<typo:lightbox src=”https://t37.net/files/amaury-vassili-jedward.jpg” thumbsrc=”https://t37.net/files/medium_amaury-vassili-jedward.jpg” class=”centered” alt=”Amaury Vassili et les jumeaux irlandais Jedwards” />

Amaury Vassili et les jumeaux irlandais Jedwards

Le dispositif

L’équipe média sociaux envoyée par France Télévision s’articulait autour de trois pôles distincts.

Christophe couvrait la salle de spectacle et la salle de presse qui rassemblait pas loin de 3000 journalistes, montrant ces deux aspects de l’événement.

Libelluline animait la page Facebook de France Télévision et les comptes Twitter de France 3 et France Ô depuis la salle de presse, utilisant les photos que Christophe et moi lui transmettions.

Enfin, privilégié, je circulais entre les coulisses dans lesquelles se trouvaient les artistes, la grande salle, la salle de presse et la cabine des présentateurs de France Télévision.

Nous avons couvert l’événement durant trois jours : le jeudi pour la seconde demi finale, le vendredi pour les dernières répétitions, et le samedi, enfin, pour la grande finale.

Tout l’intérêt de l’opération consistait dans la couverture en direct de l’événement, principalement à l’aide de photos. Pour cette raison, nous avons principalement travaillé avec des iPhone qui associaient mobilité et appareil photo de qualité suffisante. Nous n’avons préparé des tweets à l’avance que pour la grande finale de samedi soir : diffusés avant le passage de chaque pays, ils rappelaient un fait relatifs à ce dernier dans l’Histoire de l’Eurovision.

Chronologie

Jeudi et la seconde demi finale

La seconde demi finale était diffusée sur France Ô, qui est la dix-neuvième chaîne de la TNT. Le jeudi nous a permis de prendre la mesure de l’événement, et notamment de la taille des lieux : les cinq étages d’un stade couvert de 51.500 places assises séparé de la salle de presse – un vélodrome – par un stade d’athlétisme.

Un système de brouillage au niveau des cabines des présentateurs de télévision et des problèmes de WIFI dans les loges et la salle de presse ont largement complexifié notre travail durant cette première journée, nous donnant d’excellent repères pour la journée de samedi. Nous avons cependant réussi à montrer l’ambiance qui pouvait régner aussi bien du côté des artistes que de la télévision. Le manque de réactions dû en grande partie à la diffusion “confidentielle” de la seconde demi finale sur France Ô et nos soucis techniques nous ont laissé avec un goût d’insatisfaction et de “on a fait ce qu’on a pu”.

Vendredi et la dernière répétition

La journée de vendredi fut consacrée à un live tweet de la dernière répétition en costumes, et toujours la couverture des coulisses. Cette seconde journée nous a principalement permis d’expérimenter le couple iPhone en tant que modem + ordinateur portable, idéal sur une opération relativement statique.

Là encore, malgré le grand nombre d’abonnés au compte Twitter @FranceTVDirect, le nombre de réactions a été très faible, tendant à montrer que la couverture d’un événement de ce type ne permet de créer des conversations que lorsque l’audience y assiste effectivement.

Samedi, la grande finale

Nous avons tenté de répéter samedi le schémas du jeudi, en essayant de contourner les problèmes techniques.

L’après-midi fut consacré aux coulisses de l’émission. Nous souhaitions accompagner le téléspectateur au coeur de l’événement : dans la loge de la délégation française, et au coeur des autres artistes. Une des grandes difficultés fut de ne pas tout concentrer sur Amaury Vassili afin de laisser de la place aux autres artistes, obstacle contourné avec succès.

Lors de la finale proprement dite, nous avons rencontré les mêmes problèmes que jeudi, puisqu’il nous fallut sortir du stade pour publier une simple photo. Nous avons terminé la soirée à retransmettre l’ambiance auprès de la délégation presse azérie, grande gagnante du concours.

ROI de l’opération

Il est toujours difficile de parler de retour sur investissement sur une opération de média sociaux comme celle-ci, c’est d’ailleurs pour cela que l’on préfère parler de retour sur attention, ou ROA.

Durant la finale, près de 1100 tweets ont mentionné @FranceTVDirect sur un total de 190.000 tweets avec le hashtag #eurovision.

Dans le même temps, près de 3600 commentaires ont été déposés sur la page Facebook de France 3.

Le compte Twitter @FranceTVDirect et la page Facebook de France 3 ont respectivement gagné près de 1500 followers et 1500 fans durant l’opération, donc près de 500 pendant la demi finale et les répétitions.

Au niveau trans média, le plus intéressant fut la mise en place d’une passerelle entre Twitter et la télévision. Durant la demi finale, Audrey Chauveau a appelé les téléspectateurs à nous suivre sur le compte @FranceTVDirect. Laurent Boyer a repris la formule durant la finale, citant même @QuentinFouville comme étant le plus actif sur l’opération. Cette remontée des média sociaux vers la télévision est une première en France.

Conclusion

D’un point de vue tout personnel, je conclurai en disant que c’était tuant, mais que si c’était à refaire, je recommencerai sans hésiter (Myriam, Libelluline, si vous m’entendez). Je commencerai donc cette conclusion (logique) par remercier France 3 de m’avoir permis de vivre cette aventure, pour leur accueil, et pour notre intégration au sein de l’équipe France 3 et de la délégation française.

Côté opérationnel, une quatrième personne n’aurait pas été de trop pour pallier la trop grande étendue des lieux : les loges des artistes étaient à un bout du stade, et la cabine de télévision à l’autre bout. L’idéal aurait été deux personnes dans la salle presse pour Twitter et Facebook, une personne dans la grande salle, et une dernière en permanence en coulisses avec les équipes. Enfin, tout ceci devrait permettre de mieux calibrer l’opération pour l’année prochaine. On prend les mêmes et on recommence ? Les adorables Twiins, malheureuses représentantes slovaques

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: