Robin food, la startup anti gaspi

J’aime les startups qui allient l’utile (ici, la lutte contre le gaspillage alimentaire), l’agréable (la bonne bouffe), l’éthique (la redistribution des invendus à des SDF) et les jolies filles (ça ne gâche rien quand on se fait pitcher). C’est probablement la raison pour laquelle Robin Food est mon gros coup de coeur off de cette seconde édition de LeWeb Londres.

Élodie et Shehrazade de Robin Food

Robin Food collecte les invendus des grandes surfaces approchant de la date limite de consommation, les transforme, et les revend dans un camion installé dans un parc parisien. Les invendus sont ensuite redistribués à des associations d’aide aux SDF. Le lancement est prévu le 14 juillet 2013 dans un parc parisien ; le lieu exact n’est pas encore connu, mais on me murmure dans l’oreillette qu’il pourrait s’agir du jardin des Tuileries. L’expérience sera ensuite renouvelée tous les week-end durant le mois d’août.

Robin Food est née durant un Startup WeekEnd de la volonté de trois étudiants de l’ESCP de lutter contre le gaspillage alimentaire. La startup surf à la fois sur la mode de la street food venue de New York, et s’appuie sur les pactes fraicheur des grandes surfaces, qui s’engagent à ne pas laisser en rayon de denrées périssables proches de la date limite de consommation.

La fraîcheur est d’ailleurs au coeur des préoccupations de Robin Food, qui a mis en place un cycle de collecte et traitement des denrées très court. Les invendus sont récupérés auprès des grandes surfaces à six heures du matin, avant d’être transformés et revendus. À dix-huit heures, les invendus sont distribués aux associations partenaires. Les denrées alimentaires restent donc en possession de Robin Food moins de douze heures.

Tout ceci est rendu possible par les plans gouvernementaux pour lutter contre le gaspillage alimentaire, qui incite les grande surfaces à ne plus jeter leurs invendus proches de la date limite de consommation. À ce sujet, Shehrazade Schneider me confiait son agacement face au manque d’envergure des mesures prises, qui favorisent les associations et non les entrepreneurs qui pourraient pourtant en profiter pour créer des emplois.

Dans un premier temps, la transformation sera opérée par les équipes de Robin Food, mais les filles m’ont expliqué qu’elles comptaient rapidement s’adjoindre un véritable cuisinier, voire de grands chef qui, à l’instar de Thierry Marx, ont un pied dans le social. Ceci dit, ça ne vaut pas forcément la peine d’attendre, et, bien que ne pouvant m’y rendre, je vous invite à vous joindre à eux le jour de l’inauguration.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: