Depuis quelques semaines, j’essaie de commencer chaque journée comme une page blanche, ou, plus exactement, comme un écran blanc. Contrairement à Thomas Knoll qui semble avoir pris le même pli, il ne s’agit pas d’une bonne résolution de début d’année, mais d’une bonne habitude prise naturellement afin d’en corriger une mauvaise.

Do it tomorrow

Depuis une dizaine d’années, j’ai pris l’habitude de transporter mon ordinateur portable entre le bureau et la maison. Résultat, en partant, je me lève, je rabats l’écran de ce dernier, et je le mets dans mon sac. Quand j’arrive dans le RER ou à la maison, et que j’ouvre à nouveau mon portable, le travail de la journée est toujours ouvert sous mes yeux, et il n’est pas rare que je termine quelque-chose que j’ai commencé avant de partir. La frontière entre l’espace temporel consacré au travail et celui consacré à mes autres activités s’est progressivement estompée, au point que je consulte mes mails du bureau juste avant de me coucher.

Quand il arrive que je n’ouvre pas mon portable à la maison, je reprends le travail arrêté la veille au soir dès en arrivant, sans prendre le temps de me poser cinq minutes afin de réfléchir à ce que je vais devoir faire dans ma journée, afin de prioriser les tâches à venir. Je ne travaille pas tout seul, et cette mauvaise habitude est loin d’être optimale quand il faut interrompre ce que j’ai commencé la veille pour collaborer avec quelqu’un d’autre. En fait, elle est surtout source d’agacement et de frustration parce que j’en avais encore pour cinq minutes.

J’ai donc changé d’habitude.

Avant de quitter le bureau, je ferme tout ce que je faisais. Si j’ouvre mon portable dans le train ou le RER pour coder ou écrire, je repars de zéro, et je ferme tout en arrivant à Poissy. Si je veux écrire ou coder à la maison, je ferme tout avant de me coucher, ne serait-ce que pour attaquer une journée vraiment neuve. Cette habitude m’a permis de rétablir les frontières entre chacune de mes journées, avec pour avantage non négligeable de tout remettre à plat en démarrant.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: