J'ai une idée, je monte une startup

Vous avez l’idée du siècle, vous en êtes certain. The next big thing. Enfoncé Google, ridiculisé Facebook, aux oubliettes Twitter ! Vous en êtes convaincu, la prochaine success story planétaire du Web, ce sera vous.

Tout excité, vous transformez votre garage en bureau. En attendant de pouvoir vous y mettre à plein temps, vos soirées deviennent une seconde journée de travail, vos week-end une deuxième semaine. Vous ne dormez plus. Votre femme vous menace de retourner chez sa mère, et vos enfants ne vous reconnaissent plus. Votre idée vous obsède et vous ne pensez plus qu’à ça, dans votre douche, aux toilettes et en vous rasant.

En quelques jours, vous noircissez plus de carnets que Léonard de Vinci dans toute son existence, construisez un premier prototype avec plus d’attention que Roy Neary n’en met pour bâtir sa montagne de glaise dans Rencontre du Troisième Type.

Vient le moment où vous commencez à en parler autour de vous, à tout le monde. D’abord parce que vous avez besoin d’extérioriser et que votre famille n’en peut plus, ensuite pour avoir du feedback de la part de vos proches. Vous en êtes certain, ça ne peut que marcher, et ils ne peuvent qu’être aussi enthousiastes que vous. D’ailleurs, ils vous l’ont tous dit :

C’est top ton idée. Je ne suis pas dans la cible, mais j’ai plein d’amis qui vont adorer.

Vous n’avez pas l’impression qu’ils aient prêté beaucoup d’attention à ce que vous leur avez dit, mais l’essentiel n’est pas là. Tous leurs amis, leurs parents sont vos futur clients, et eux, vos meilleurs ambassadeurs.

Redescendez sur terre.

Ce qu’ils viennent de vous dire, c’est : ”ton idée est complètement idiote, je pense que ça ne marchera jamais, en fait je n’en ai rien à faire, je veux juste que tu me foutes la paix, mais je n’ai pas l’honnêteté de te le dire”.

Ne vous découragez pas ! Vous n’avez tout simplement pas parlé aux bonnes personnes.

Nul n’est prophète en son pays (Luc 4,24). Cela signifie simplement que ce n’est pas autour de vous qu’il faut chercher vos utilisateurs, et à plus forte raison vos clients, c’est parmi ceux qui ont le même problèmes que celui que vous avez décidé de résoudre..

Demander l’avis des gens autour de soi, c’est immédiatement gratifiant, mais c’est exactement l’inverse de ce qu’il faut faire.

Retournez le problème. Cherchez des gens qui rencontrent le problème auquel vous apportez une solution. Présentez leur votre idée, mieux, votre prototype. Récoltez leurs avis. Résolvez-vous réellement leur problème ? Si non, ont-il vraiment le problème auquel vous vous attaquez ? Si non, pourquoi ? Si oui, vous avez trouvé vos futurs utilisateurs et vos futurs clients. Itérez, retournez les voir, bravo, la machine est lancée.

Il ne vous reste plus qu’à trouver comment gagner de l’argent.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: