J’ai lu avec intérêt Entre le marteau et l’enclume l’article dans lequel Tristan Nitot explique pourquoi il ferme le wiki qu’il avait ouvert sur les notions de protection de la vie privée.

Pour faire simple, Tristan Nitot – la personne – publie sur le Standblog un mélange de réflexions personnelles et d’informations au sujet de son employeur, la fondation Mozilla. Il s’intéressait depuis un moment maintenant aux problématiques de protection de la vie privée sur le web. Tristan Nitot étant également le représentant médiatique de la fondation Mozilla, tout ce qui passe sur le Standblog est considéré comme la voix de la fondation Mozilla. Tristan se trouvait pris entre ses convictions et le fait que la fondation Mozilla soit financée en très grande majorité par Google, dont les récentes prises de position sur la vie privée ont de quoi en inquiéter plus d’un.

Si je suis particulièrement en phase avec la position de Tristan Nitot, j’ai également lu avec intérêt les commentaires du billet qui prouvent que la majorité de leurs auteurs n’a jamais eu à ne représenter qu’elle-même, et ne s’est jamais retrouvée en conflit entre sa position et son devoir de représentation. Heureux les innocents qui n’auront jamais à souffrir du syndrome Miss France, un problème vieux comme le pouvoir, mais devenu particulièrement aigu avec l’avènement des médias de masse.

Pourquoi syndrome Miss France ? Une clause dans le règlement de l’élection des Miss stipule que si la gagnante devait poser nue pendant la durée de son mandat, elle serait déchue de son titre. C’est arrivé à plusieurs reprises, et même si l’on pourra trouver le parallèle un peu saugrenu, le problème est exactement le même. Chez une personne publique, la fonction prend le pas sur la personne personne qui l’exerce. Le problème se pose également en politique depuis la fin de la personnification – théorique – du pouvoir dans les régimes modernes. Elizabeth Alexandra Mary de Windsor doit s’effacer devant la reine d’Angleterre, et Carla Bruni Sarkozy, première dame de France aurait du effacer pour un temps la chanteuse. J’ai également connu le problème dans une certaine mesure lorsque j’étais président d’une association, et mes dons innés pour la communication n’ont pas arrangé les choses. Karl Dubost aborde également le sujet dans Suis-je vraiment libre ?

Tim Bray aborde également le sujet, et rappelle qu’en 2010, plus encore qu’avant, vous serez ce qu’Internet dira de vous, à commencer par vos fautes de grammaire et d’orthographe.

On remplace donc doucement la traditionnelle notion de vie privée par celle d’intimité, puisque tout devient public ou presque, et tout ce qu’on pourra trouver à votre sujet pourra être retenu contre vous. Et si je voulais rajouter une couche de troll débianeuneux, je conclurais en rappelant que cette affaire montre, une fois de plus que [chez] Mozilla ça pue, [t] c’est pas libre ©. Ah ben merde, c’est fait…

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: