Twitter

En combien de langues twittez-vous ?

Il y a quelques jours, j’ai reçu un mail d’un lecteur (coucou) qui me demandait comment gérer la problématique d’un compte twitter s’adressant aussi bien à des francophones qu’à des anglophones. La question n’est pas nouvelle, mais elle revient régulièrement sur le devant de la scène, en amenant une autre avec elle : la langue française a-t-elle encore sa place sur la scène technologique.

En 2007, je twittais très majoritairement en français. Twitter était encore un petit monde, nous étions essentiellement entre connaissances, pour ne pas dire entre “copains”, c’est tellement 60’s, et la question ne se posait pas.

J’ai commencé à avoir de plus en plus de followers anglo-saxons, et il m’a fallu prendre une décision quant à ma langue de tweet :

  1. Partir sur deux comptes distincts, un en français et un en anglais.
  2. Privilégier l’exception française, et considérer que tout le monde devrait parler la langue de Molière.
  3. Prendre le plus petit dénominateur commun, et tweeter en anglais.

Avant de répondre à la question initiale, je vais juste rappeler une chose pour les gens qui arriveraient ici par hasard : je travaille dans le monde du nain Ternet, et mon compte Twitter est à 99% en relation avec mes centres d’intérêts professionnels. Ce qui suit ne vaut pas forcément pour tout le monde.

Partir sur deux comptes distincts

À plusieurs reprises, j’ai tenté de bloguer à la fois en français et en anglais, et je pense avoir tout essayé en la matière.

Entre 2004 et 2006, tous mes billets étaient rédigés dans les deux langues, la traduction publiée en dessous de la version française. Je publiais à l’époque beaucoup plus qu’aujourd’hui, généralement deux à trois fois par jour, mais des billets beaucoup plus courts. Cette manière de faire est devenue ingérable à mesure que la taille des articles devenait plus importante.

Depuis 2008, j’ai ouvert plusieurs clones anglophones de ce site. Aucun n’a tenu bien longtemps, parce qu’il fallait que je publie vite, et que je n’avais pas le temps de traduire mes articles avec un niveau d’exigence correct. Lors de ma dernière expérimentation, j’ai confié mes traductions à Textmaster. Les résultats étaient bon, surprenament bons même dans certains cas, mais le budget associé était incompatible avec un projet qui n’a pour but d’être ni rentabilisé, ni revendu.

Utiliser deux comptes aurait eu pour résultat l’abandon de l’un au profit de l’autre.

Privilégier l’exception française

Malgré la réputation absolument infecte que nous avons à l’étranger, je ne cesse de voir la bonne éducation et la courtoisie comme deux qualités associées à la France, et qui auraient du le rester.

Partir sur un compte en français et dire à aux amis américains qui me suivent d’aller se faire voir n’était pas vraiment l’idée que je m’en faisais, d’autant que la très grande majorité des ressources techniques sont en anglais.

Si vous êtes dans les technologies, un compte 100% français est jouable, mais je ne suis pas certain que ce soit une bonne idée.

Prendre le plus petit dénominateur commun

Tweeter en anglais peut finalement sembler la solution la plus évidente : la majorité des échanges sur la scène technologique se font dans la langue de Shakespeare, et la majorité de nos concitoyens est sensée la baragouiner.

Se posent pourtant quelques cas limites pas si limites que ça :

  1. Doit-on répondre à un tweet en français… en anglais ? Quitte à tomber un peu à plat dans une conversation.
  2. Doit-on RT les gens en les traduisant avec tout le problème de longueur que cela suppose, le français étant plus verbeux que l’anglais ?
  3. Que faire des ressources en français ? Doit-on uniquement se limiter au monde anglo-saxon ?

… ou adopter une solution hybride

Avec le temps, je suis finalement parti sur une solution hybride, sans vraiment me donner de “ligne linguistique”, mais avec une certaine constance (c’est qui cette Constance ?).

Par politesse pour nos amis étrangers, je ne tweet qu’en anglais, sauf dans les cas suivants :

  • Le tweet est un jeu de mots foireux absolument intraduisible.
  • Je réponds à Bernard Pivot.
  • Je tweet une ressource en français.
  • Mon tweet n’est valable que localement, et en français.

Voilà, that’s all folks comme ils disaient dans les dessins animés autrefois, j’espère que ça aura pu répondre aux questions de certains d’entre-vous.

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: