L’année dernière, Lubomira Rochet m’avait présenté le programme Bizspark de Microsoft, un partenariat permettant aux start up de moins de 3 ans de profiter gratuitement de licences Microsoft, mais également d’une mise en avant meilleure qu’un long discours, dès lors qu’elles utilisent des technologies du cru. Cette année, c’est mon ami Christophe Lauer, en charge de la relation entre Microsoft et les agence web qui m’a présenté Website Spark. Une occasion pour moi de revenir – à la bourre – sur cet événement annoncé il y a 3 semaines à la soirée Do You See The Light.

Website Spark est, pour paraphraser le site officiel, Un programme qui offre de la visibilité, du support technique et des logiciels aux créateurs professionnels de sites Web. Si vous êtes une agence web (Lyonnaise) de moins de 10 personnes ou un (référenceur) indépendant – histoire de faire de la pub pour des copains – ce programme vous concerne. Outre des licences pour la suite Expression Web, Windows Web Server 2008 ou SQL Server 2008 Web Edition, Website Spark offre à vos projets le même genre de visibilité que Bizspark.

Tout ça c’est très bien, mais…

J’avais déjà abordé le sujet lors du lancement de Sublim’Action, Microsoft France multiplie les gestes en direction des agences web, et tout particulièrement des PME et des TPE, un secteur occupé en très grande majorité par Adobe pour Flash, Photoshop et Illustrator d’un côté, et le couple open source PHP/MySQL. Et de ce côté là, il y a pas mal de boulot.

D’abord parce qu’il est généralement plus difficile de trouver des développeurs web sensibilisés aux technologies Microsoft, et ce malgré un important lobbying dans les écoles. Le couple PHP/MySQL est beaucoup plus prisé que .NET/MSSQL, ne serait-ce que pour les nombreux hébergeurs gratuits et les nombreuses ressources disponibles sur le web.

Ensuite parce que, sur le web, Microsoft souffre d’une image passéiste d’entreprise spécialisée dans les OS bancals, les navigateurs ringards et la bureautique. Autrement dit un monde apparemment immobile face à un écosystème en perpétuel mouvement. Microsoft est, ne l’oublions pas, le créateur d’Internet Explorer 6 qui colle au web comme le sparadrap du capitaine Haddock.

Afin de contrer l’hégémonie du couple PHP/MySQL dans le coeur des agences web, Microsoft n’avait pas 36 solutions. La première était de concevoir et développer une suite logicielle qui empiète sérieusement dans le pré carré d’Adobe. Le résultat est l’intégration du PSD à différents niveaux dans la suite Microsoft Expression. La seconde est de créer un réseau destiné aux entreprises afin de prendre à contrepied le réseau très important qui réunit les développeurs PHP. Zend, la société basée sur PHP la plus visible du marché n’a visiblement pas encore attaqué cette notion communautaire, laissant celles-ci se forger autour de projets comme Wordpress, Drupal, Magento… Microsoft a donc une carte à jouer sur ce plan là, même si un gros travail de lobbying d’évangélisation sera nécessaire pour rallier les agences web généralement méfiantes à son panache blanc.

Edit :

Christophe Lauer ajoute quelques éléments au sujet du programme :

La beauté de la chose, c’est que notre niveau d’exigence sur l’utilisation des technologies Microsoft dans ce programme est vraiment réduit à sa plus simple expression : Il s’agit que les sites ainsi créés soient hébergés sur Windows Server.

Ensuite, pour ce qui est des langages et technos “server side” PHP is fine. On supporte PHP sur Windows Server avec des niveaux de perfs qui n’ont pas à rougir devant les classiques Linux+Apache, grâce aux travaux qu’on a conduits depuis 2007 avec Zend, et qui ont conduit de notre côté à la mise à disposition de FastCGI pour IIS 6.0 et IIS 7.x, ainsi qu’un module de cache de code pré-compilé (à l’instar des Zend Cache et Optimizer et consorts) et d’autre part à une build de PHP “optimisée” pour Windows dans le Zend Core.

Ensuite, là on parle pour l’essentiel de sites Vitrine pour des TPE/PME et c’est majoritairement des sites en pur HTML/CSS, dans lesquels il n’y a que très rarement des contenus Flash, donc Silverlight n’est pas non plus le propos.

On fera un bilan en fin d’année, mais je pense qu’il ne faut pas négliger ce qu’on peut apporter dans une logique de community management et en termes de visibilité pour ces plus petits acteurs. On s’y attache en tous cas et je vous invite à venir nous rendez visite le 17 Novembre : http://www.facebook.com/event.php?eid=158383988529

Perry the Platypus wants you to subscribe now! Even if you don't visit my site on a regular basis, you can get the latest posts delivered to you for free via Email: